C’est la Nature qui mène

- 2 mai 2012

Même si une armée de spécialistes de la météo essaient de nous prédire ce qu’il fera demain ou dans une semaine, il reste qu’au bout du compte, c’est la Nature qui a le dernier mot. Malgré les prédictions de plusieurs oiseaux de malheur, la saison de pêche pourra ouvrir dans les temps et dans des conditions exceptionneles à plusieurs endroits. Aujourd’hui, on dirait que les gens se spécialisent à prédire la pire catastrophe qui va se produire, simplement pour dire qu’ils avaient raison. Lorsque nous avons eu de la température hors de l’ordinaire en mars, bien des gens prétendaient qu’on allait payer la facture plus tard. Pourtant, en faisant une tournée du Québec, on peut se rendre compte que c’est tout le contraire qui se produit. Il y a bien eu quelques petites sautes d’humeur avec de la neige et du froid dernièrement, mais c’est comme cela à tous les ans. Les gens semblent perdre la mémoire très rapidement. Le printemps 2011 était exceptionnel et non l’inverse. Celui de 2012 est bien meilleur même plus que la normale. Alors, soyez prêts avec tous vos équipements parce que vous êtes attendus partout en forêt les amateurs de pêche. Il ne faut que quelques heures voir quelques jours à la Nature pour reprendre sa place et vous offrir de très belles conditions. Alors, au lieu de chercher la zone noire, prenez le temps de bien vous préparer et bonne saison.

Abonnez-vous à cet article

5 commentaires

  1. LuckyB dit :

    Un autre qui est contre la science (météorologie) et ne crois pas aux changements climatiques.

    Tout va bien Mr. Cabana, vous pouvez retourner dans votre forêt et fuir la réalité.

  2. julien.cabana dit :

    Pour vous répondre, LuckyB, je vous dirai dans un premier temps que je ne suis pas contre la science, bien au contraire. Toutefois, en écoutant les prévisions météo et en voyant ce qui arrive véritablement, je crois qu’il y a souvent des erreurs parce que finalement, c’est la Nature qui donne ce qu’elle veut. Pour le réchauffement climatique, je vous dirai que contrairement à ce que plusieurs croient, je ne suis pas d’accord à dire que c’est entièrement la faute de l’Homme. Il est certain que nos gestes négatifs peuvent y crontriibuer. Personnellement, je considère que nous vivons tout simplement un cycle naturel que la Terre traverse depuis la nuit des Temps. Nous n’y pouvons rien. Les recherches archéologiques le prouvent d’ailleurs. La Nature a ses règles et je ne crois pas que l’Homme peut les changer. Elle seule sait où elle s’en va.

  3. La fin du monde, on est parfaitement en droit d’en n’avoir rien à faire. D’être exaspéré devant les énergies qu’elle mobilise. Mais si la fin du monde a bien une utilité, c’est d’avoir créé, l’espace de quelques heures le moment de s’interroger sur son sens.

  4. Pour l’éducation, nous utilisons l’équation 1 pour chacune des deux composantes, puis nous calculons la moyenne géométrique des indices résultants, et finalement nous appliquons de nouveau l’équation 1 à la moyenne géométrique des indices, en utilisant 0 comme valeur minimale et, comme valeur maximale, la valeur la plus élevée des moyennes géométriques des indices obtenus pour la période considérée. Cette méthode revient à appliquer directement l’équation 1 à la moyenne géométrique des deux composantes.

  5. Dire que supprimer la publicité après 20h, mesure-phare de la réforme de l’audiovisuel voulue par Nicolas Sarkozy, devait permettre de libérer les chaînes publiques de la « dictature de l’Audimat »… La pression de l’audience est toujours aussi forte et semble plus que jamais l’unique obsession de ceux qui font la télévision, privée comme publique. A ce sujet, Frédéric Taddeï analysait récemment : « L’Audimat, qui n’a d’intérêt que pour les publicitaires et les annonceurs, reste le seul critère de jugement, y compris sur les chaînes où la publicité a été supprimée. C’est absurde. [...] Tous les matins, dans les couloirs de TF1 comme ceux de France 2 ou France 3, on s’arrache les cheveux sous prétexte que les chiffres ont baissé par rapport à il y a dix ans. Mais dans dix ans, vous verrez, ils auront encore baissé… Ce ne sont pas les gens de télévision qui sont malades, c’est le thermo­mètre ! » (1) Bon, rassurez-vous quand même, on trouve encore quelques pépites sur les chaînes publiques, notamment en fiction et en documentaire. La revue de détail, ce sera dans le Télérama de la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles