«L’espèce tragique»

- 11 avril 2012

étudiants

Je me suis demandé pourquoi, tout ce rafut. Au départ, je ne comprenais pas. Tant de colère pour 350 $.

Je les voyais bien, de plus en plus nombreux, manifestant de plus en plus souvent. Puis sans arrêt. Fuck les cours! Et puis ils ont tenu des «scrums», des conférences de presse, des entrevues à la télé comme des pros. Même si la plupart des questions étaient souvent complaisantes, ils ne me semblaient plus aussi sympathiques. Ça sentait la cassette. La «ligne de presse», comme en politique professionnelle.

C’étaient, ou plutôt ce sont maintenant des vedettes, les leaders étudiants. À gauche, plus à gauche ou encore plus à gauche. Trois groupes plus ou moins distincts dont l’objectif est de payer le moins cher possible. Même si c’est ici qu’on paye déjà le moins cher. Oui, ici, c’est déjà moins cher, et pas mal à part ça, que chez nos voisins.

Évidemment, c’est gratos en Norvège. Évidemment, la Norvège…

Mais en Norvège, il faut savoir que, grâce au pétrole, ils ont constitué un fonds patrimonial de 500 milliards… Auquel ils ne touchent pas… On n’a pas ça chez nous… On emprunte, on fait comme si on était riches. On a déjà 250 milliards au crédit bancaire. (En passant, merci aux marchés financiers… S’il fallait qu’ils nous lâchent, ces salauds…)

Et il paraît qu’ailleurs, là où c’est gratuit, eh bien, la gratuité, c’est pas pour tout le monde sans distinction. Il y a des règles. La gratuité n’est pas ésotérique, abstraite, comme la vertu qu’on décrit à RDI. Ceux qui n’ont pas des notes acceptables, la gratuité, on la leur fait payer… On les largue, merci, bonsoir, les cours sont ter-mi-nés!

Mais revenons à notre simili révolution.

Il n’y a rien de «spontané» dans ce boycott des cours. On devine la main des professionnels de la manif, celle des grands frères syndicaux avec qui on se fait aussi prendre en photo, parfois…

Les profs et les fonctionnaires, après tout, sont non seulement des amis, mais les défenseurs les plus ardents de l’État… La gratuité, ils ne peuvent pas être contre ça… Surtout les profs d’université qui en profitent vraiment, eux, de la gratuité, pour leur conjoint et leurs enfants; c’est prévu aux conventions collectives.

Anyway, c’est pas ça qui me fascine dans ce débat. Je me demande si cette contestation ne comble tout simplement pas un vide. Si elle ne sert pas d’exutoire à un élan, autre mais apparenté, qui cherchait à s’exprimer depuis quelque temps.

Je lis les principaux chroniqueurs et on le sent, on le perçoit très bien ce désir de voir renaître une certaine idée du Québec, un Québec indépendant, préférablement de gauche, un Québec libre, idéal, full citoyen. Ne sommes-nous pas un modèle pour l’humanité? Même Jean Charest le dit. Alors?

Alors rien! Peu importe comment, le calme reviendra dans les rues et aux bulletins de nouvelles. Et dans les jours qui suivront, les chroniqueurs déçus se demanderont à quoi aura servi tout ce boucan. À geler les frais de scolarité?

Alors quoi, désormais?

groulx

Il y a longtemps, Lionel Groulx, un religieux extrêmement influent chez les nationalistes, estimait que le Québec se retrouvera un jour devant un cruel dilemne. Durer ou disparaître…

«Nous appartenons à ce petit groupe de peuples sur la terre -Combien sont-ils? Quatre ou cinq?- au destin d’une espèce particulière: l’espèce tragique. Pour eux, l’anxiété n’est pas de savoir si demain ils seront prospères ou malheureux, grands ou petits; mais s’ils seront ou ne seront pas; s’ils se lèveront pour saluer le jour ou rentrer dans le néant».

Et nous y sommes, devant l’horizon, bavards mais tout à fait seuls, et cernés d’orages invisibles.

Mais nous nous émouvons pour autre chose.

Abonnez-vous à cet article

347 commentaires

  1. Mac Arthur dit :

    @seb

    Nous avons aussi nos mythes fondateurs comme les Américains. Champlain a fondé Ville-Marie en édifiant une croix sur le Mont-Royal. Ces colons avec leurs convictions presque mystiques ont évangélisé pas seulement les Indiens, mais la nature en imposant un schéma culture catholique dans la perception du monde avec une langue riche de la symbolique chrétienne qui s’est nommée Nouvelle-France. Nos blasphèmes sont religieux non sexuel.

    Le crucifix à l’Assemblée national reste, un symbole historique de l’autorité de l’État se fondait, sur une loi divine.

    Les futurs américains du bateau Mayflower persécuté par l’État anglais arrivé sur le rivage de la côte Est jetèrent les bases d’une démocratie locale respectueuse des croyances de chacun. La méfiance que les Américains ont envers l’État s’inscrit déjà dans leur culture démocratique. La nouvelle Jérusalem fut aussi notre mythe fondateur pour un nouveau pays comme les Américains

    Nous avons la reformulation de ce mythe fondateur avec la Révolution tranquille au Québec. Ce que Bock-Côté cherche à repenser dans un nouveau conservatisme qui s’inscrit peut-être dans la même démarche que Lionel Groulx le fit à son époque avec son invention de la race canadienne française.

    Nous nous identifions comme une nation comme québécoise aujourd’hui.

  2. Carole C. dit :

    Nicolas Larouche

    Le danger de l’assimilation ne vient pas de la culture américaine même si elle est envahissante…

    Le danger de l’assimilation vient du fait qu’on soit de plus en plus minoritaire. On fait moins d’enfants, mais ça, ça ne serait pas un problème si grave si on pouvait exiger de nos immigrants qu’ils parlent français. Alors ils contribueraient à notre survie plutôt qu’à notre assimilation…

    Et puis ce ne sont pas les Américains qui affaiblissent notre loi 101, c’est la Cour Suprême de votre cher Canada.

  3. Carole C. dit :

    Guy Peterson

    La fierté québécoise n’est pas une exclusivité des souverainistes.

    Mais vous avez sûrement assez lu de gens sur les blogues pour voir que le mépris de sa propre nation par contre vient exclusivement de votre camp… J’ai jamais vu un souverainiste dire: nous sommes des trous-du-culs, des moins que rien, nous sommes nuls, faisons un pays…

    Vous aurez compris que par mépris, je ne veux pas dire de l’auto-critique, on s’entend…

  4. Carole C. dit :

    Roger Lafontaine

    Les fédéralistes ne sont pas des traîtres, mais ils mettent l’amour de la fédération avant l’amour de leur patrie. C’est tout…

  5. Carole C. dit :

    Roger Lafontaine

    Oups. J’ai généralisé en écrivant « les fédéralistes », ce que j’évite de faire d’habitude.

    J’aurais dû dire « certains fédéralistes ».

    Car en fait, des traîtres (Trudeau, Chrétien…) il y en a. Et ce sont des traîtres car ils ont toujours placé les intérêts du Canada avant ceux du Québec…

  6. sososo dit :

     »… J’ai jamais vu un souverainiste dire: nous sommes des trous-du-culs, des moins que rien, nous sommes nuls,  »-Carole

    Euh! Carole peut-être pas toi, mais c’est ce que disent une majoriter de souverainistes sur 60% de la population, ce même 60% qui constituent LE QUÉBEC aussi, ce sont des Québécois…nous sommes tous des Québécois, et nous formons ensemble le Québec.

    En passant moi je crois que les Québécois très critique du modèle ont à coeur bien plus le Québec, que bien des souverainistes compléxé qui ne prônent que le statu quo et la continuiter de la culture de la médiocriter syndiquale…croyait à tord avoir atteint l’absolue perfection.

  7. emile lafreniere dit :

    A Carole: Moi ma patrie c’est le Canada et c’est mon droit.
    A Nicolas Larouche:Votre commentaire est bien la réalité.Des étudiants manipulés par une poignée qui visent une carriere politique appuyés par les syndicaleux,les tartistes les memes

  8. Roger Lafontaine dit :

    Carole,

    je ne doute pas de vos intentions. Nier le fait Trudeau et Chrétien ont vomi sur le peuple québécois serait de la mauvaise foi. Je parlais plutôt des gens que j’ai rencontré ou de certains porte parole qui nous font sentir que eux savent et les autres ignorent. Des fédéralistes bornés et qui croient avoir le monopole de la vérité, il y en a beaucoup. Ceux là aussi m’énèrve.

    J’aurais due dire certains souverainistes au lieu de généraliser moi aussi.

    @ Michel Hébert

    Moi ce qui me fascine se sont les méthodes utilisées pour livrer le message. Ca ferme la porte au débat. je trouve que le gouvernement fait bien de tenir tête à une poignée de personnne qui entache la relève. On ne peut discuter avec des gens qui raisonnent toujours dans l’absolue. Le même gouvernement devrait avoir le même courage avec les recteurs. Couper dans le gras du système. Ca, la majorité des québécois le savent. Mais pas nos élus. On devrait peut-être y songer au prochain scrutin.

  9. emile lafreniere dit :

    A Carole: Moi ma patrie c’est le Canada et c’est mon droit.
    A Nicolas Larouche:Votre commentaire est bien la réalité.Des étudiants manipulés par une poignée qui visent une carriere politique appuyés par les syndicaleux,les tartistes les memes que l’on retrouve dans le Conseil de la souveraineté.Larose Bilodeau Piché Laviolette et Rivard .
    En plus on apprend que les étudiants veulent manifester en meme temps contre le budget Harper.Cou donc ils ne savent réellement plus ou aller.Ce qui est malheureux c’est que le droit d’une majorité d’étudiant est bafoué par l’intimidation.La réalité c’est que les étudiants n’excercent pas un droit,car il n’existe pas de convention prévoyant ces boycott.

  10. seb dit :

    @Mac Arthur

    Pour moi, ce sont des évènements historiques importants mais pas des mythes fondateurs. Les américains ne parlent pas de l’établissement des 13 colonies comme la fondation de leur pays. Pour eux, c’est la guerre d’indépendance qui marque le début de l’histoire américaine.

  11. Nicolas larouche dit :

    @ Carole c
    Nous sommes une minorité en amérique du nord depuis presque les débuts de la colonie et le français est toujours majoritaire. Nous avons vécu au cours de notre histoire plusieurs essais d’assimilation toujours sans succès: violente ou passives et insidieuses.

    L’anglicisation est un phénomène endémique à Montréal due en partie à l’immigration (que l’on contrôle déjà à 85%) et aussi au fait que Montréal est une ville internationale ancrée dans un marché anglophone. Mais pour qu’il y ait assimilation, il faudrait que les francophones Abandonnent le français pour l’anglais. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de conversation chez les francophones.

    À Montréal , il est facile pour un anglophone de vivre totalement en anglais et de choisir l’anglais comme langue à la maison. Un durcissement de la loi 101 n’empêcherait pas de parler anglais chez soi, n’empêcherait pas les francophones de répondre en anglais aux anglophones, ni de boycotter les magasins unilingue anglais et ni de préférer les versions originales des films, ni de se gorger d’émissions américaines.

    Les cultures canadienne anglaise et francophone ne voyagent que très peu sur un axe est-ouest. Par contre la culture USA est beaucoup plus accessible et me semble être une force d’assimilation beaucoup plus puissante.

  12. Yvon dit :

    M. Hébert,
    Après avoir lu ces 55 textes ou opinions, je ne sais pas pourquoi, sauf exception j’ai mal à l’âme. C ’est peut-être moi qui n’est pas assez mercantile !

  13. Nicolas larouche dit :

    @ Carole c

    De plus, dans un Québec souverain, les minorités anglophones seraient protégées et il est fort probable qu’une cour suprême québécoise prendrait les mêmes décisions par rapport à la loi 101 que la cour suprême du Canada.

  14. Manu dit :

    Pauvre Carole…

    Des traitres…ca sent la xenophobie encore.

    Qu’on se le dise une fois pour toute…There’s no such things as «les quebecois»…pas plus que des canadiens,des americains…ni meme des latinos,ni des noirs…
    Ces etiquettes reductrices sont un restants des anciennes maniere de penser…celles qui encourageaient a se separer pour s’affronter…
    Des pensées du bon vieux temps…a l’epoque ou les gens etaient maintenus dans l’ignorance.
    Evoluez batince…

    L’espece humaine est…malgré sa diversité…un ensemble d’individus semblables et egaux.
    Nous avons tous le meme cerveau…qui fait qu’on tombe facilement pour des positions loufoques…
    Nous…versus…Eux…ca explique les guerres…capitch.
    Soutenir que nous ne sommes pas pareils…c’est tellement retrograde.
    Va falloir trouver autre chose…ca commence a etre usé comme discours.

    ——————————–

    A tout les vieux qui font de la culpabilité…J’ai entendu dire que pied-bot69 organisait un voyage pour se repentir en Croatie…a Medjugorje…il sera heureux que vous l’accompagniez…priere de ne pas oublier vos chapelets et vos scapulaires…Ha pauvre Canada…!

  15. Allright dit :

    @Carole

    « Car en fait, des traîtres (Trudeau, Chrétien…) il y en a. Et ce sont des traîtres car ils ont toujours placé les intérêts du Canada avant ceux du Québec… »

    Pourquoi, ils étaient au fédéral… donc si je suis ta logique, au provincial, Levesque et Landry étaient aussi des traîtres car ils plaçaient les intérêts du Québec avant ceux du Canada…

    Je serais plutôt d’avis de dire qu’ils ont placé leur agenda personnel avant ceux qu’ils devaient défendre…

    Comme un premier ministre, sur la brosse, qui accuse les immigrants après sa défaite…

    …et sacre son camp en laissant le soin aux autres de nettoyer!

  16. Charest, Jean dit :

    @carole

    un autre petit referendum perdu pour pouvoir renforcir la place du Quebec dans la federation?

    Vous allez blamer qui cette fois?

  17. martin dit :

    A ce compte là on peut renverser la situation et dire que Lévesque et Parizeau par exemple,sont des traitres parce qu’ils ont fait passer l’intérêt de leur province avant ceux de leur Pays…

  18. seb dit :

    @Nicolas Larouche

    L’assimilation se fait tranquillement, sournoisement. Le pourcentage de francophones baisse lentement au Québec. Le poids démographique à l’intérieur du canada est maintenant de 23.1% alors qu’il était de 24.6% en 1995. Ce 23% est assez faible pour que le ROC puisse élire un gouvernement majoritaire sans appuis au Québec.

  19. michel.hebert dit :

    @ jacob

    Merci. Je vous dois le respect pour l’avoir noté… ce texte, écrit dans une grande fatigue, après une longue journée, se voulait aussi franc que possible, ce que vous avez apprécié… alors merci encore.

  20. seb dit :

    @Allright

    Parizeau avait dit qu’il ne souhaitait pas gouverner une simple province et qu’il démissionnerait si les québécois se disaient non. C’est exactement ce qu’il a fait. Parlez-moi d’un homme de principe.

  21. Louis Francoeur dit :

    @Nicolas Larouche

    Vous avez entièrement raison quant à vos arguments sur l’assimilation des francophones. Vos arguments sont sensés, pratiques et fondés sur une observation des forces qui agissent au quotidien.

    Le plus grand danger pour le français, la plus grande menace, c’est la pensée magique qui voudrait qu’une loi, la constitution d’un pays feraient disparaître en un coup de baguette les forces socio-économiques de l’assimilation. Des pays comme la Hollande, le Danemark peinent à faire apprendre leur langue par les immigrants, la situation serait encore pire dans un Québec entouré d’une seule langue puissante: l’anglais.

  22. ginette gazaille dit :

    @ Nicolas Larouche
    « Ce n’est pas un mouvement d’étudiants contre la hausse des frais mais bien un mouvement de la gauche Québécoise, souverainiste, syndicaliste, unis contre Charest, manipulant les étudiants. »

    Tout à fait d’accord avec votre commentaire. M. Charest a osé s’attaquer au clergé syndical. Ils vont déployer toutes leurs armes dans tous les secteurs pour avoir sa tête. Ce n’est pas pour rien que tous les Gouvernements précédents n’ont jamais osé. M. Charest a aussi osé aborder le dégel des frais parce que M. Legault proposait le même scénario. Et ce chaos nous démontre que quelque soient les changements (nécessaires) que des Gouvernements du Québec proposeront, ils se heurteront au déni de ceux qui seront touchés.

    C’est le pourquoi que M. Charest a reculé sur ses engagements de 2003. Et c’est ce qui attendrait François Legault, s’il prenait le pouvoir. Parce qu’il y a des gens qui se savent pas encore que nous payons des intérêts sur la dette provinciale, pour eux, ce n’est que virtuel. M. Béland (l’ex des Caisses Populaires) suggérait, pour dénouer la crise, avec les étudiants de soumettre le tout dans un référendum.

  23. sososo dit :

    Seb…une cage à homard, es-ce un principe souverainiste?

  24. Allright dit :

    @seb

    « Parizeau avait dit qu’il ne souhaitait pas gouverner une simple province et qu’il démissionnerait si les québécois se disaient non. C’est exactement ce qu’il a fait. Parlez-moi d’un homme de principe. »

    Si tu veux vraiment jouer à « mon père est plus fort que le tien », bien Jean Chrétien a fait le serrment que le Québec resterait dans le Canada… et il est toujours… Parlez-moi d’un homme de principe…

    Come on Seb, tu es plus intelligent que ça…

    Parizeau est sorti « coté jardin », sans gloire, il a troqué son honneur pour un scotch. En tant que premier ministre il devait respect à son titre et ses fonctions officielles.

    On a eu droit à un discours de vieux bonhomme, pacté, frustré et raciste…

  25. RiouxRéjean dit :

    Bonjour ce matin je regarde ce qui s`est passé à l`émission enquête m`a bouleversé ;; Qui nous dirige sinon la crasse tout parti confondu je suis sidéré cette émission est meilleur que toutes ces enquêtes qui coutent des fortunes bravo aux gens d`enquête des gens efficace la politique sale vous dites dégueulasse salut rej

  26. seb dit :

    @sososo

    Ce n’est pas trop long qu’on retombe dans la petite politique. Trop à gauche, trop à droite, pas assez charismatique… C’est pas mal ce que je disais.

  27. RiouxRéjean dit :

    Qui gagnera bien sur les policiers temps double et temps triple qui perdra les citoyens qui paieront les policiers alors le même crétin paiera puis on laisse aller la grêve pour monter dans les sondages sacrebleu que je les trouve fou à interner salut je paierai la note les jeunes étudiants ont plus de courage que les adultes qui endure tout le dos courbé et qui n`ont pas le courage de ces étudiants salut

  28. Carole C. dit :

    allright et martin

    Le Québec est notre NATION, pas le Canada… Comment pouvez-vous comparer et dire que quelqu’un qui met l’intérêt de notre nation avant celle de la fédération dominée par la nation voisine est un traître?

  29. Carole C. dit :

    Louis Francoeur

    « la situation serait encore pire dans un Québec entouré d’une seule langue puissante: l’anglais. »

    Ah parce que ce n’est pas le cas en ce moment?

    Si on était un pays, on serait tout aussi entourés d’anglais mais on ne serait pas soumis à la Cour Suprême du Canada qui affaiblit notre loi 101.

  30. Carole C. dit :

    Louis Francoeur

    « Le plus grand danger pour le français, la plus grande menace, c’est la pensée magique qui voudrait qu’une loi, la constitution d’un pays feraient disparaître en un coup de baguette les forces socio-économiques de l’assimilation. »

    Une loi, ce n’est pas de la pensée magique. Si le Québec était un pays, et que pour avoir la citoyenneté les immigrants étaient obligés d’apprendre le français, y aurait rien de magique là-dedans… En ce moment, ils ne sont pas obligés et malheureusement une grande partie d’entre eux choisissent l’anglais comme deuxième langue de prédilection après leur langue maternelle.

    Si on était un pays, le Canada n’aurait certainement pas nommé deux commissaires à l’immigration à Montréal ne parlant que l’anglais, avec le joli message que ça envoie…

  31. danny mansour dit :

    @ Seb,

    La population québécoise diminue, celle de l’Ouest augmente. J’ai lus une statistique qui constatait une augmentation de + 13% de l’immigration francophone en Alberta.

    Si le Québec perd du poids démographiquement, c’est qu’il ne peut retenir ses travailleurs.

    Le contexte est que plusieurs de ces travailleurs sont poussez à s’expatriés par des lois québécoise favorisant le placement syndical/mafieux.

    C’est une excellente photo qui couronne le billet de monsieur Hébert, elle représente bien l’excellent travail de sape que nos syndicalistes/communistes québécois font avec les jeunes.

    Beaucoup de monde sont préoccupés par l’augmentation du fardeau fiscal des québécois, je n’ai nul doute que ce fardeau ne diminuera jamais, les syndicats/communistes veillent aux grains.

  32. claudep69 dit :

    Une cage à homard c’est un outil de pêcheur le Sot.

    Minus qui écrit ceci « Nous avons tous le meme cerveau »

    Puis-je te dire Minus que tu es non seulement stupide d’écrire une telle imbécilité mais je me suiciderais immédiatement si ton assertion s’avérait vrais. Moi avec le cerveau de Minus, c’est la mort immédiate.

    Minus tu devrais voyager, ça aérerait ton cerveau.

    Y-a quelqu’un sur ce blogue qui aimerait avoir le cerveau de Minus?

  33. emile lafreniere dit :

    ESt-ce qu’il y a quelqu’un qui se pose la question suite au saccage des étudiants a l’université de Montreal a Valefield et autres ou est Mme Marois.?Son silence a plutot l’air d’une approbation des gestes étudiants par peur de perdre des votesPour quelqu’un qui aspire au poste de premier ministre ce serait son role de conseiller aux étudiants la modération.René Lévesque n’aurait jamais accepté un comportement semblable sans intervemir.A la tv. hier Eric Caire de la CAQ a fait preuve de sagesse beaucoup plus que Mme Malavoy.Accuser le gouvernement de refuser la négociation est faux.Premierement lorsque la hausse a été décidée il y a un an les étudiants se sont retirés de la table.Deuxiemement présentement les étudiants disent vouloir négocier c’est faux puisque pour eux la finalité des négociations est celle qu’ils ont fixée point final.Alors dans cette position il est impossible pour le gouvernement d’wentreprendre des négos.Il faut croire que ces jeunes leaders se prennent pour d’autres En terminant Mme Marois combien de temps va durer votre silence en refusant de dénoncer les saccages et le manque de démocratie de vos petits préférés?

  34. Carole C. dit :

    Nicolas

    «Nous avons vécu au cours de notre histoire plusieurs essais d’assimilation toujours sans succès: violente ou passives et insidieuses. »

    Ceci devrait vous couper l’envie de rester dans le Canada. HA HA HA Ce n’est pas par magie qu’on a résisté, mais grâce à la Loi 101. Imaginez le Québec d’aujourd’hui sans ça! Mais le Canada lui ôte du mordant. Les écoles passerelles sont un exemple de mesures nuisibles… De même que le simple fait que les immigrants ne soient pas obligés d’apprendre le français.

    «… pour qu’il y ait assimilation, il faudrait que les francophones Abandonnent le français pour l’anglais. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de conversation chez les francophones. »

    Pour qu’il y ait assimilation, il faut que le taux de francophones baisse. Et c’est le cas. Outre le fait qu’on ne fasse pas beaucoup d’enfants, le problème c’est que les immigrants ne soient pas obligés d’apprendre le français. Vous parlez de Montréal, mais le phénomène s’étend à Laval maintenant, et sur sa rive nord… Seules les régions très francophones accueillant peu d’immigrants à la fois peuvent espérer les intégrer en français.

    « Un durcissement de la loi 101 n’empêcherait pas de parler anglais chez soi, n’empêcherait pas les francophones de répondre en anglais aux anglophones, ni de boycotter les magasins unilingue anglais et ni de préférer les versions originales des films, ni de se gorger d’émissions américaines. »

    Mais je ne veux pas empêcher les anglophones de parler anglais chez eux! Et pour les immigrants, s’ils étaient obligés d’apprendre le français, il deviendrait leur deuxième langue « naturelle ». C’est une chose de savoir parler anglais parce que c’est nécessaire pour le boulot, c’en est une autre de ne pas pouvoir parler dans sa langue à la nation qui t’accueille.

    « Les cultures canadienne anglaise et francophone ne voyagent que très peu sur un axe est-ouest. Par contre la culture USA est beaucoup plus accessible et me semble être une force d’assimilation beaucoup plus puissante. »

    Je pense que même si la culture américaine est très envahissante sur la planète, les Québécois aiment et consomment quand même beaucoup de leur propre culture. Ça surprend même les Canadiens qui nous envient un peu ça, car il est plus facile pour les Canadiens anglais de se tourner vers la culture américaine à cause de la langue. Par ailleurs, concernant l’impérialisme culturel américain… vous savez, j’adore les deux derniers albums de The Black Keys et Paul Piché me donne de l’urticaire… mais ça m’empêche pas de vouloir préserver ma langue. :-D

  35. Carole C. dit :

    Manu

    De dire que Trudeau est un traître n’a rien de xénophobe, sortez votre dictionnaire…

  36. seb dit :

    @Allright

    Concernant le discours malheureux de M.Parizeau, je suis d’accord avec vous. D’ailleurs, c’est une tache sur la fin de sa carrière. Malgré tout, j’ai énormément de respect pour un homme qui avait un projet plus grand que lui. D’ailleurs, il s’est écarté de la scène durant la campagne référendaire pour laisser la place à M.Bouchard, plus charismatique. Ça prend une personne humble pour se mettre sur la ligne de côté au dernier moment, question de donner plus de chances au projet d’être accepté.

  37. Louis Francoeur dit :

    @Carole C.

    Voici comment vous me citez : « la situation serait encore pire dans un Québec entouré d’une seule langue puissante: l’anglais. » et votre commentaire: « Ah parce que ce n’est pas le cas en ce moment? »

    J’écrivais: « Des pays comme la Hollande, le Danemark peinent à faire apprendre leur langue par les immigrants, la situation serait encore pire dans un Québec entouré d’une seule langue puissante: l’anglais. »

    Un lecteur intelligent et honnête comprend que le Québec est dans une situation pire que le Danemark et la Hollande pour défendre sa langue, parce que contrairement à ces autres pays qui sont entourés de plusieurs langues puissantes (allemands, anglais, français), le Québec lui n’est entouré que d’une seule.

    Un lecteur intelligent comprend aussi que ces pays sont indépendants et que cette indépendance est loin de les immuniser des problèmes linguistiques.

    Mais peut-être n’êtes vous pas ce lecteur intelligent et honnête, ou n’êtes vous pas ce lecteur intelligent ou honnête… ou n’êtes-vous pas simplement honnête?

  38. seb dit :

    @danny mansour

    Ce n’est pas une question de retenir les travailleurs. La perte de citoyens pour les autres provinces n’a jamais été aussi faible que dans les dernières années. C’est une question démographique. Le Québec est une société plus mature alors que l’ouest est en croissance. Le Québec accueille moins d’immigrants pour des raisons de protection de notre culture et pour des questions de langue (vivre dans une société francophone en amérique du nord est moins attirant pour les gens dont ce n’est pas la langue maternelle).

    La diminution du poids démographique du Québec au sein du canada n’est donc pas une question de gauche ou de droite. C’est un fait, c’est tout. Comme un toit qui coule. On ne cherche pas c’est la faute de qui ou de quoi, on le répare. Après ça, c’est à vous de décider si vous êtes prêt à remédier à la situation…

  39. Allright dit :

    @ Carole
    [i] « Le Québec est notre NATION, pas le Canada… »[/i]

    C’est ton point de vu et je le respecte. Respecte ceux des autres aussi.

    Tsé celui de la majorité de la population qui ne veulent pas se séparer… ring a bell?

  40. remidam dit :

    Il est plus que temps que le gouvernement prenne les décisions pour arrêter ces folies encouragées par un Patrick Bourgeois, un Marc Laviolette et toute la gogauche communiste du Québec. Le premier ministre doit faire appel à l’armée qui va se faire un plaisir de mâter ces bébés gâtés.

    ET DANS TOUT CE DOSSIER, QUE VIENT FAIRE L’ASSOCIATION DES CPE DONT LE PERSONNEL EST TRÈS GRASSEMENT PAYÉ AVEC NOS TAXES ET QUI SE PRONONCENT CONTRE LA HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ.
    Et malgré ce que disent les syndicats de professeurs, les étudiants ne sont pas en grève. De plus, ils parlent de démocratie : Combien faut-il de votes (en % et en nombre) par rapport au nombre total d’étudiants pour un boycottage des cours. Que l’on prenne les noms de ceux qui viennent aux cours et que les autres voient leur session annulée. La farce des bébés socialo-communistes a assez duré.

  41. Claude Gingras dit :

    Incroyable les discours, Parizeau un raciste, Trudeau un traîte comment peut on affirmer de tel chose sur des gens qui ont fait de leur vie une cause politique. C’est navrant, vous êtes peut être pas d’accord avec leur vision du Quebec ou du Canada mais de là traiter des gens de racistes et de traîtes vous me faites vom.. Àpres ça on se demande pourquoi les gens serieux ne s’implique pas dans la politique. J’étais souverainiste et je pourrais l’être encore mais pas aujourd’hui avec les problèmes qui nous attends. Personne ne trouvent des solutions mais par contre des critiques, des contestations, ont est champion.

  42. Harper All The Way dit :

    Carole,

    « Les fédéralistes ne sont pas des traîtres, mais ils mettent l’amour de la fédération avant l’amour de leur patrie. C’est tout… »

    Ma patrie c’est le CANADA.

  43. Allright dit :

    @ Claude Gingras

    voici un lien pour t’aider à retrouver la mémoire.

    http://www.youtube.com/watch?v=i8QGFJ7e8sw

  44. emile lafreniere dit :

    Moi aussi ma patrie c’est le Canada n’en déplaise a Carole.

  45. Carole C. dit :

    Haper All The Way

    Vous avez parfaitement le droit… mais moi ma patrie, c’est ma nation, pas une fédération qui ne nous respecte pas…

  46. Carole C. dit :

    Allright

    J’ai oublié: moi je suis du point de vue de la majorité francophone en 1995… Les autres, normal qu’ils s’en crissent.

  47. Carole C. dit :

    Louis Francoeur

    « Un lecteur intelligent et honnête comprend que le Québec est dans une situation pire que le Danemark et la Hollande pour défendre sa langue, parce que contrairement à ces autres pays qui sont entourés de plusieurs langues puissantes (allemands, anglais, français), le Québec lui n’est entouré que d’une seule. »

    Mais j’ai parfaitement compris et si j’ai occulté ce bout, c’est qu’il ne change RIGOUREUSEMENT RIEN au fait qu’en ce moment, comme province, on est encore plus vulnérable que si on n’était un pays pouvant obliger ses immigrants à parler notre langue.

    Il n’y a rien de malhonnête là-dedans. D’ac?

    « Un lecteur intelligent comprend aussi que ces pays sont indépendants et que cette indépendance est loin de les immuniser des problèmes linguistiques. »

    Hé bien qu’ils fassent des lois! Ici, au Canada, pour obtenir la citoyenneté, il faut parler ou français ou anglais (sauf bien sûr en cas de référendum où le camp du non bafoue cette loi…).

    « Mais peut-être n’êtes vous pas ce lecteur intelligent et honnête, ou n’êtes vous pas ce lecteur intelligent ou honnête… ou n’êtes-vous pas simplement honnête?2

    J’espère que mon explication va vous faire comprendre que ce n’est pas par malhonnêteté que j’ai passé par-dessus ce paragraphe mais parce qu’il ne changeait rien à ma réponse, sauf pour ce que je viens de vous écrire: qu’ils fassent des lois comme bien d’autres pays qui obligent l’immigrant à s’intégrer dans la langue nationale.

  48. RiouxRéjean dit :

    Bonjour Émile ce n`est pas à Mme Marois qu`appartient le travail de règler ce conflit c`est a`Jean Charest et sa nulle de ministre Beauchamp MME marois ne peut rien faire elle est à l`opposition c`est assez clair alors Jean Charest met tes culottes et fait ton travail et si tu n`est pas capable va t`en avec ta ministre aux iles mouc mouc adieu les deiux minus

  49. RiouxRéjean dit :

    Aucun libéral n`était disponible ^pour commenter l`émission enquète quel beau parti peureux et encore plus caché et je me demande pourquoi il y a encore des libéraux peut être des teindus comme notre voisin en Gaspésie qui avait mis sur son testament une tombe rouge li il était teindu alors il en reste encore quelques uns des anglais perdus dans le west island salut

Laisser un commentaire

 caractères disponibles