Un sondage gagnant…

- 28 avril 2012

archambault

On n’en a pas entendu parler à cause de la turbulence des pourparlers avec les étudiants pourtant, il ne s’agit pas d’un détail politique anodin: le PQ tiendra un référendum aussitôt que les Québécois se montreront disposés à faire l’indépendance. Ça semble évident, mais ça ne l’est pas tant que ça…

«J’ai entendu Mme Marois le dire», a confié le président du PQ, Raymond Archambault, au Journal, cette semaine.

Pauline Marois ne pourra pas dire qu’il n’a pas été clair, il a été limpide. Pas nerveux du tout, devant un cappucino, M. Archambault a expliqué au collègue Taïeb Moalla qu’un éventuel gouvernement péquiste n’attendra pas avant de déclencher un référendum lorsqu’un sondage donnera le Oui gagnant. «J’ai entendu Mme Marois ces derniers temps le mentionner», d’ajouter M. Archambault.

Ça fait tellement longtemps que les indépendantistes attendent qu’aux premiers signes d’une victoire possible, Pauline Marois n’aura d’autre choix que de s’écrier: Go!

Évidemment, le pari sera risqué. Parce qu’on ne sait jamais avec les sondages. Un jour, c’est Oui, le lendemain c’est peut-être… Et dans un référendum, les mous retrouveront leur personnalité. L’indépendance, faut-il le rappeler, nécessiterait un peu de courage.

Quand le téléphone sonne, et qu’au bout du fil, une voix inconnue demande si vous voudriez un pays, bien assis dans le salon, n’importe qui, même un mou, sera évidemment tenté de dire oui, bien sûr, pourquoi pas, un pays, ce serait sympa. Les braves sont nombreux quand ils ne risquent rien…

Il y a une énorme différence entre une question référendaire et une question de sondage. Avec la seconde, on peut changer d’avis. On a parfois même droit à une sous-question, au cas où…

Avec une question référendaire, il n’y a pas de correction possible le mois suivant. C’est Oui ou c’est Non. C’est final baton!

Selon M. Archambault donc, il est fort possible qu’il y ait un référendum si le Parti québécois reprend le pouvoir. Pourtant, les Québécois ne sont peut-être pas aussi enclins à l’indépendance que pourrait l’indiquer un sondage.

Dans la dernière édition de l’État du Québec, publié par l’Institut du Nouveau Monde, le sociologue Pierre Drouilly fait une analyse très intéressante des résultats électoraux du 2 mai dernier; si le NPD a tout balayé, c’est parce que les Québécois voudraient donner une chance, une autre, au fédéralisme. Le vote des Québécois aux dernières élections fédérales est, selon Drouilly, «basé non pas sur des convictions politiques lentement acquises, mais sur une illusion politique, celle d’un possible renouvellement du fédéralisme canadien».

Quand, au débat des chefs, Jack Layton a promis de chercher à établir les «conditions gagnantes pour le Canada au Québec», il avait touché la cible, le cœur des Québécois. C’est du moins ce qu’explique le professeur Drouilly; «faire une place au Québec au sein du Canada demeure le vœu le plus partagé par les Québécois».

«Toutes les enquêtes qui ont testé les quatre options habituelles (statu quo, réforme du fédéralisme, souveraineté-association et indépendance du Québec) révèlent depuis longtemps que la réforme du fédéralisme (avec un statut particulier et plus de pouvoirs pour le Québec) est l’option la plus largement préférée des Québécois», écrit encore M. Drouilly.

Il y aurait donc un grand risque de croire qu’un sondage donnant une majorité au OUI soit la garantie qu’un référendum donnerait le même résultat.

On parle pour parler, vous vous en doutez bien. Il n’y a pas la moindre chance qu’on se retrouve en campagne référendaire dans un avenir prévisible.

Les États généraux de Gérald Larose n’ont été, rappelez-vous, qu’une réplique de Mme Marois aux plus pressés des indépendantistes. L’ancien patron de la CSN ne nous fera pas traverser le Rubicon.

Abonnez-vous à cet article

365 commentaires

  1. facteur dit :

    À Claude 69

    Est bonne….. message de 13h04

  2. facteur dit :

    Mimile

    Pas avec tes pertes sanguines et urinaires.Pas dans ta pampers….Oh! que non…….

  3. facteur dit :

    Réjean Rioux

    Je t’appuie à 100% sur ce sujet.La Lorraine parle au travers de son chapeau.15 invités c’est pas 200 simonac.

  4. Carole C. dit :

    À EMILE

    « Oui les agissements de P. Marois chef du P.cul signifient achat de votes.c’est la plus grave des corruptions ca Carole ,informes-toi un peu ca t’empecherait de dire des aneries. »

    Quand Charest a promis les défusions, c’était pas l’achat de votes je suppose?

    Les PROMESSES ÉLECTORALES, ça peut être populiste, mais ce n’est pas de la CORRUPTION.

    À FACTEUR

    Jean Charest a défendu Tomassi… jusqu’à ce que la merde sorte. Idem pour Whissel.

    Pour notre émile national, c’est la même chose. Il défend jusqu’à ce que la merde sorte. Et même alors, le nez dedans, il va dire qu’il n’y en a pas.

  5. Yvon dit :

    M. Hébert,

    M. Claude Poirier à lcn est mélanger, alors nous !

    Les policiers sont tomber dans la merde à John James Charest !

    Les juges vont s’enliser dans cette même merde !

    John James Charest dit; espérons quelle soit mangeable !

  6. facteur dit :

    À Emile

    Comme tu sembles bien aimer à entrer tout dans ton fond de culottes et bien je vais t’en compter une ..

    C’est le bonhomme qu’on va nommer Émile qui va chez le medecin avec sa vieille.Le bonhomme est dur de la feuille et quand le docteur lui demande un échantillon de son sang,de son urine et de ses selles il répond en regardant sa femme:Qu’est ce qu’il dit???

    Elle lui répondit :il veut tes shorts…..C’est comme toi Mimile.Tu es sourd,tu n’entends pas les personnes sensées qui te disent que ton parti libéral est corrompu et son chef pourri.Ils sont comme ton fond de culottes putrifés et puants.

  7. Manu dit :

    Moi Carole je ne vise personne…mais si le chapeau te fait…tu peux le mettre.
    Ce n’est pas ca mettre des mots dans la bouche de qq1.

    Quand je dis que je LES entend deja…je ne vise personne en particulier.

    De toute facon…avec la pensée unique et vos sempiternelles doleances…les pequistes radottent souvent la meme affaire…c’est presque un mantra religieux…

    Si par contre je dis…Carole dis…Les federalistes sont les plus lucides…et une chance qu’on les a pour nous ramener sur le plancher des vaches…
    Bin a ce moment la…vous aurez raison.

    En attendant cessez de jouer a celle qui n’a rien a se reprocher…

    Vous pensez quoi de ma suggestion…un referendum dans 1 mois…genre…etes-vous tenté?
    hehe…

  8. Manu dit :

    La position des quebecois a l’interieur du Canada…est confortable…selon Seb…un farouche souverainiste…
    Imaginez ce qu’en pense les autres…

    @ Tout les autres pequistes…

    Trouvez-vous…vous aussi?

  9. emile lafreniere dit :

    Facteur et Carole: Allez vous faire soigner vous délirez..Etes-vous assez lucide pour voter?Je me le demande.J’ai sde la misere a croire que des gens s’interessent a vos idioties.

  10. Carole C. dit :

    Manu

    Mauvaise foi…

    Quand quelqu’un écrit que des souverainistes vont arriver en disant ceci ou cela, c’est mettre des mots dans leur bouche.

  11. Roger Lafontaine dit :

    @ Yvon..

    Quand tu m’appeleras pas mon prénom, je te répondrai. Des osties de baveux je m’en tappe à la journée longue.

  12. A. Arcand dit :

    Manu le clown,

    Bien sûr que le Québec est «confortable» … Ce sont les tribunaux ou le fédéral qui décident de tout …

    Exemples: la loi 101, le gouvernement du Québec qui est obligé d’aller devant les tribunaux contre le fédéral pour conserver le registre des armes à feu ou pour empêcher le déménagement de l’Autorité des Marchés, la loi C 10 imposée au Québec et bientôt les projets de loi pour criminaliser l’avortement … etc …

    http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2012/03/20120311-073752.html

    On est tellement confortable !

  13. Manu dit :

    «un referendum dans 1 mois…genre…etes-vous tenté?»

  14. Manu dit :

    J’pense qu’il y en a qui attende…un sondage gagnant…!

    Tant que la paye rentre…comme dirait l’autre.

  15. las artes dit :

    Quand au NPD, nous savons tous que c’est un feu paille, un peu comme l’ADQ à l’époque de Mario Dumont. De plus avec Thomas Mulcair comme chef – ex-avocat et directeur d’Alliance-Québec , un groupe anti loi 101, promouvant l’anglais au Québec – fera que ce parti attisera davantage le nationalisme québecois. De plus, les québécois se rappellent avoir élus des députés « poteaux » qui n’ont aucun intérêt à défendre le Québec à Ottawa, et la dernière année l’a confirmé.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles