Repêchage virtuel

- 7 avril 2014

Amateurs de football de la NFL, le repêchage est dans un mois! Pour moi, c’est toujours un moment très intéressant dans l’année et je vous propose mon repêchage virtuel, communément appelé «mock draft». C’est fait sans prétention et à quatre semaines du grand jour, bien des choses risquent de changer. Je vous proposerai d’ailleurs ma version finale dans les pages du Journal à l’approche de l’événement. Pour l’instant, voici la version initiale et je vous invite à commenter.

1.    Texans de Houston

Blake Bortles, quart-arrière (Central Florida)

Ce ne serait pas mon choix personnel, mais tout semble pointer en sa direction. On dit qu’il a le plus grand potentiel chez les quarts-arrières au repêchage, mais qu’il risque de connaître des débuts difficiles.

2. Rams de St-Louis

Jake Matthews, bloqueur (Texas A&M)

La plupart des «mock drafts» prédisent un autre bloqueur, Greg Robinson, aux Rams. J’y vais avec Matthews en partie parce que l’entraîneur-chef Jeff Fischer a dirigé (et adoré) son père, Bruce Matthews.

3.    Jaguars de Jacksonville

Jadaveon Clowney, ailier défensif (South Carolina)

Les Jaguars ont un urgent besoin de quart-arrière, mais Clowney est tout simplement trop attrayant pour passer par-dessus.

4.    Browns de Cleveland

Johnny Manziel, quart-arrière (Texas A&M)

Pour une franchise qui a désespérément besoin de vendre l’espoir à ses partisans qui s’épuisent, Manziel est le candidat idéal.

5.    Raiders d’Oakland

Sammy Watkins, receveur (Clemson)

Je ne crois pas à Matt Schaub comme solution à long terme, mais peu importe le quart-arrière du futur des Raiders, il aura besoin d’aide. L’explosif receveur Watkins est un bon départ.

6.    Falcons d’Atlanta

Khalil Mack, secondeur extérieur (Buffalo)

Les Falcons pourraient opter pour un joueur de ligne offensive, mais l’équipe a été atroce la saison dernière pour appliquer la pression sur le quart-arrière. Mack pourrait s’avérer un vol.

7. Buccaneers de Tampa Bay

Greg Robinson, bloqueur (Auburn)

Les Bucs ont investi sur un quart-arrière en Josh McCown, mais il faut maintenant s’assurer de le protéger. On dit de Robinson que son potentiel est illimité.

8.    Vikings du Minnesota

Teddy Bridgewater, quart-arrière (Louisville)

Il a longtemps été considéré comme le premier choix potentiel du repêchage, avant que quelques entraînements difficiles viennent faire chuter sa valeur. Il demeure un quart-arrière précis et un leader naturel que les Mauves seraient heureux d’obtenir.

9.    Bills de Buffalo

Eric Ebron, ailier rapproché (North Carolina)

Est-ce le besoin le plus criant des Bills? Non! Mais un ailier rapproché devient souvent le meilleur ami d’un jeune quart-arrière, en l’occurrence, EJ Manuel.

10. Lions de Detroit

Justin Gilbert, demi de coin (Oklahoma State)

C’est écrit dans le ciel que les Lions ont besoin d’aide dans la tertiaire. Et Gilbert ajoutera une dimension spectaculaire sur les retours de bottés.

11. Titans du Tennessee

Anthony Barr, secondeur extérieur (UCLA)

Il ne soulève pas autant les passions que Clowney et Mack pour chasser les quarts-arrières, mais demeure tout de même un talent certain. Les Titans pourraient aussi opter pour un demi de coin.

12. Giants de New York

Mike Evans, receveur (Texas A&M)

Eli Manning a été mal protégé la saison dernière, mais il aura aussi besoin d’une nouvelle cible après le départ de Hakeem Nicks. Evans, un gros bonhomme, cadre bien.

13. Rams de St-Louis

Ha-Ha Clinton-Dix, demi de sûreté (Alabama)

Le front défensif des Rams figure parmi les meilleurs du circuit et il faut maintenant améliorer l’unité au fond du terrain.

14. Bears de Chicago

Timmy Jernigan, plaqueur (Florida State)

Les Bears ont été méconnaissables contre le jeu au sol la saison dernière et il faut colmater les brèches par le centre. Jernigan semble le meilleur plaqueur disponible.

15. Steelers de Pittsburgh

Darqueze Dennard, demi de coin (Michigan State)

Les Steelers ne rajeunissent pas en défensive et la tertiaire figure au sommet des priorités. Sinon, l’équipe pourrait se tourner vers un receveur, après la perte d’Emmanuel Sanders.

16. Cowboys de Dallas

Aaron Donald, plaqueur (Pittsburgh)

Il n’est pas du genre super vedette qui brille dans un aspect, mais plutôt du type polyvalent qui peut jouer partout sur la ligne défensive.

17. Ravens de Baltimore

Taylor Lewan, boqueur (Michigan)

Les Ravens ont sécurisé le côté gauche de Joe Flacco en prolongeant le contrat d’Eugene Monroe, mais le côté droit laisse à désirer avec le départ de Michael Oher.

18. Jets de New York

Odell Beckham Jr, receveur (LSU)

Il semble unanime que les Jets opteront pour un receveur. Est-ce que ce sera Beckham ou Marqise Lee? La vitesse de Beckham complètera bien l’acquisition d’Eric Decker.

19. Dolphins de Miami

Zack Martin, bloqueur (Notre Dame)

Un autre choix à peu près unanime, un bloqueur pour les Dolphins, qui doivent rebâtir leur ligne offensive après le fiasco Martin-Incognito. L’addition de Branden Albert a aidé et celle de Zack Martin pourrait compléter le remaniement.

20. Cardinals de l’Arizona

Kony Ealy, ailier défensif (Missouri)

Le front défensif des Cardinals, bien qu’efficace, n’est pas le plus intimidant pour les quarts adverses. Du sang neuf ne ferait pas de tort.

21. Packers de Green Bay

Calvin Pryor, demi de sûreté (Louisville)

La ligne défensive des Packers est très ordinaire, donc l’équipe pourrait aussi y aller en ce sens, mais la défensive contre la passe a définitivement besoin d’un électrochoc. On y va pour un ajout dans la tertiaire.

22. Eagles de Philadelphie

Brandin Cooks, receveur (Oregon State)

Pas trop compliqué… DeSean Jackson parti, il faut de l’aide, surtout que rien ne garantit que Jeremy Maclin sera un véritable numéro un.

23. Chiefs de Kansas City

Marqise Lee, receveur (Southern California)

L’attaque des Chiefs manque de punch et le côté explosif de Lee pourrait contribuer à combler cette lacune.

24. Bengals de Cincinnati

Dee Ford, ailier défensif (Auburn)

Le départ de Michael Johnson risque de laisser des traces et il faut profiter du talent inégalé de Geno Atkins au centre de la ligne en l’entourant bien.

25. Chargers de San Diego

Bradley Roby, demi de coin (Ohio State)

Pour rivaliser avec l’arsenal offensif des Broncos, il faut des armes dans la tertiaire, ce qui manque aux Chargers en dehors d’Eric Weddle.

26. Browns de Cleveland (via Indianapolis)

Morgan Moses, bloqueur (Virginia)

Si le Browns optent pour Manziel avec leur premier choix, ils s’assureront de le protéger. Si toutefois ils préfèrent Sammy Watkins, ils pourraient revenir en cette fin de première ronde avec le quart-arrière Derek Carr, doté d’un bras canon. Mystère…

27. Saints de la Nouvelle-Orléans

CJ Mosley, secondeur intérieur (Alabama)

Le groupe de secondeur de Saints demeure ordinaire, tout au plus, malgré une saison marquée par une nette amélioration. Mosley n’est pas le maître pour appliquer la pression (ce n’est pas son rôle), mais il s’avérerait une belle prise comme joueur complet.

28. Panthers de la Caroline

Cyrus Kouandjio, bloqueur (Alabama)

La ligne offensive et les receveurs sont les deux grands besoins des Panthers. On y va pour un bloqueur, considérant la retraite de Jordan Gross.

29. Patriots de la Nouvelle-Angleterre

Demarcus Lawrence, ailier défensif (Boise State)

Toujours difficile de prédire ce que feront les Patriots, car ils bougent énormément durant le repêchage. Allons-y avec du renfort sur le front.

30. 49ers de San Francisco

Kyle Fuller, demi de coin (Virginia Tech)

Les 49ers ont peu de lacunes, mais un peu d’aide au poste de demi de coin, après les départs de Tarell Brown et Carlos Rogers ne serait pas de refus.

31. Broncos de Denver

Xavier Su’a-Filo, garde (UCLA)

Peyton Manning a couru pour sa vie vers la fin de la saison, surtout au Super Bowl. Le retour du bloqueur étoile Ryan Clady ne suffira pas, surtout avec la perte du garde Zane Beadles.

32. Seahawks de Seattle

Kelvin Benjamin, receveur (Florida State)

Avec le départ de Golden Tate à Detroit, il s’agit d’un choix logique. Surtout que Percy Harvin est rarement en santé…

 

 

 

 

L’énigme Johnny Manziel

- 28 mars 2014

Ainsi donc, l’enfant terrible de Texas A&M, le quart-arrière Johnny Manziel, aurait connu un «Pro Day» du tonnerre cette semaine. Plusieurs observateurs auraient été franchement impressionnés. Est-ce que cela suffit à vous faire croire en ce joueur qui ne laisse personne indifférent?

On le sait, Manziel a carrément brillé sur la scène universitaire, autant avec ses jambes que son bras. Ses habiletés athlétiques en font un prospect unique et fort intrigant. Il a souvent été à son meilleur quand l’enjeu devenait majeur. Par contre, plusieurs continuent de douter de lui au plus haut niveau. Peut-il faire le grand saut avec succès dans la NFL avec son style peu conventionnel? Et au-delà de son style, certains clubs plus conservateurs pourraient fuir celui qui a parfois défrayé la manchette en raison de sa vie sociale assez branchée (!). Chose certaine, le jeune homme polarise les observateurs comme rarement des quarts l’ont fait avant lui.

Cette semaine, il en a surpris plus d’un en revêtant casque et épaulettes dans un entraînement normalement pratiqué en shorts et t-shirt. Manziel souhaitait un entraînement plus réaliste et il semble avoir touché la cible. Il a lancé ses passes sous la musique, une autre approche peu habituelle, mais qui a bien servi son image énergique.

Au total, pas moins de 75 entraîneurs et dépisteurs de 30 clubs de la NFL étaient sur place pour l’épier. Seuls les Browns et les Bears n’étaient pas représentés. Maintenant, où est-ce que Manziel aboutira? Au tout premier choix chez les Texans (ou l’équipe qui obtiendra ce choix, puisque l’équipe semble vouloir bouger)? À Jacksonville au 3e rang? Les Browns au 4e ou les Raiders au 5e? Et pourquoi pas les Vikings au 8e ou tout autre club inattendu?

Personnellement, croyez-vous en l’importance de tels entraînements sur le sort final d’un joueur? Et que pensez-vous de celui qu’on surnomme Johnny Football? Où ira-t-il soulever les foules?

Chad Johnson à Montréal?

- 20 mars 2014

Vous y croyez, vous, à Chad Johnson chez les Alouettes de Montréal? Je vous pose la question, parce que moi, ça me semble plutôt invraisemblable…

TSN a fait savoir en matinée jeudi que l’ancien receveur étoile des Bengals de Cincinnati avait été ajouté sur la liste de négociation des Alouettes. Ce n’est pas une procédure extraordinaire et plusieurs noms connus se sont retrouvés dans le passé sur les listes des différents clubs canadiens. Il suffit de penser au cas de Tim Tebow, entre autres. Johnson en a même profité pour alimenter lui-même la nouvelle en écrivant sur son compte Twitter: «Il n’y a rien à négocier. Je serai rapide comme l’éclair et en grande forme!»

Rien contre le bonhomme, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ses belles années sont derrrière! En fait, il n’a pas joué au football depuis la saison 2011, mis à part une brève incursion au camp d’entraînement des Dolphins avant la saison 2012 qui s’est soldée par son renvoi à la maison. Rappelons qu’une frasque à l’extérieur du terrain, soit une altercation avec sa conjointe, avait causé sa perte. Et on sait que Johnson a de tout temps été un aimant à manchettes. Pas toujours les manchettes les plus heureuses, d’ailleurs…

En jetant un coup d’oeil à sa carrière dans la NFL, on réalise qu’il a connu cinq très grosses saisons, de 2003 à 2007. Par la suite, un lent déclin s’est amorcé, jusqu’à sa dernière saison pitoyable avec les Patriots, dans l’oubli le plus total. Il est aujourd’hui âgé de 36 ans et mis à part d’amener beaucoup d’attention médiatique autour des Alouettes, je vois mal en quoi il peut réellement briller sur le terrain.

Que pensez-vous de cette histoire? Chad «Ochocinco» Johnson avec les Alouettes, c’est possible et souhaitable?

Encore de bons joueurs disponibles

- 16 mars 2014

La dernière semaine dans la NFL a été fertile en rebondissements, avec de nombreux joueurs qui ont changé d’adresse. Avant de dresser un bulletin pour les équipes, jetons un coup d’œil sur les joueurs autonomes qui attendent toujours d’être embauchés. Sans parler de grands joueurs, quelques talents intéressants demeurent disponibles. En voici 15 d’entre eux.

EN OFFENSIVE

1. Michael Vick

Le quart-arrière attend toujours des nouvelles et on raconte qu’il exigerait d’obtenir un poste de partant. À mon sens, la place est libre à Oakland et les Raiders ont encore beaucoup de marge de manœuvre sous le cap salarial. Les Jets et les Bills figurent aussi dans les rumeurs.

2. Alex Mack

Le centre des Browns n’est pas totalement libre puisque l’équipe lui a assigné le titre de joueur de «transition». Un autre club pourrait toutefois l’obtenir, mais les Browns auraient cinq jours pour égaler l’offre. Un p’tit 2$ qu’il reste à Cleveland.

3. Maurice Jones-Drew

Le vétéran porteur des Jaguars a eu beau connaître une belle carrière, les porteurs qui frôlent la trentaine deviennent des indésirables. Il pourrait connaître un regain de vie chez les Jets, qui n’ont rien de magistral dans le champ-arrière.

4. Knowshon Moreno

Étonné qu’un porteur qui a connu une saison de 1100 verges par la course et 60 réceptions n’ait pas suscité d’intérêt? C’est bien la nouvelle réalité dans la NFL. Jets? Raiders? Dolphins? Jaguars? Giants? Falcons?

5. James Jones

Le receveur des Packers est assurément le meilleur qui reste sur le marché. Il y a un an à peine, il a inscrit 14 touchés. Je ne serais pas étonné qu’il revienne  à la maison. Sinon, les Panthers ont un criant besoin de receveurs. MISE À JOUR 17-03: Jones s’est entendu avec les Raiders sur un contrat de trois ans.

6. Jermichael Finley

L’ailier rapproché a connu de bons moments avec les Packers, mais tout indique que c’est à Seattle qu’il établira son prochain nid.

7. Owen Daniels

L’ailier rapproché qui a fait carrière avec les Texans est libre. Il possède un talent certain. Certains le voient à Green Bay pour remplacer Jermichael Finley.

8. Kenny Britt

Talentueux, mais énigmatique, Britt se remet aussi lentement de blessures au genou. Pour un receveur de ce type, le meilleur endroit serait à Foxboro, sous la poigne de Bill Belichick.

9. Zach Strief

Il a rendu de fiers services aux Saints, mais un retour en Nouvelle-Orléans ne semble pas dans les plans pour le bloqueur. Bien des équipes ont encore des lacunes sur la ligne offensive. MISE À JOUR 17/03: Strief revient avec les Saints, entente de 5 ans.

EN DÉFENSIVE

10. Jared Allen

D’accord, Allen aura 32 ans et il est de plus en plus unidimensionnel, mais il peut assurément aider une équipe pour appliquer de la pression et il a la réputation de se donner entièrement à chaque jeu.

11. Dominique Rodgers-Cromartie

Il doit s’en vouloir, celui-là, d’avoir refusé une proposition de contrat de 54 millions sur six ans des Broncos… Les autres équipes ne lui accorderont visiblement pas tant d’argent. On dit qu’il a de bonnes chances d’aboutir à New York, avec les Giants ou les Jets. MISE À JOUR 17-03: Rodgers-Cromartie a conclu un pacte de cinq ans avec les Giants.

12. Antonio Cromartie

Tant qu’à parler de demis de coins, restons dans la famille. Le cousin de Dominique Rodgers-Cromartie a été libéré par les Jets, mais représente toujours un excellent deuxième homme au sein d’une défensive.

13. Henry Melton

Le plaqueur des Bears, même si son jeu a ralenti la saison dernière, a suscité l’intérêt des Vikings, Seahawks et Cowboys à ce jour. Un changement d’air pourrait lui être très profitable et rapporter gros. MISE À JOUR 19-03: Melton s’est entendu avec les Cowboys.

14. Shaun Phillips

Il peut être employé comme ailier défensif ou secondeur extérieur. Même s’il ne rajeunit pas, il a démontré la saison dernière que le réservoir n’est pas vide. S’il est embauché à petit prix et inséré dans une défensive profonde, il a encore sa place.

15. Pat Sims

Le gros plaqueur des Raiders n’est pas le plus connu, mais sa polyvalence lui permet d’évoluer à toutes les positions sur la ligne défensive. Il a déjà rencontré les Titans.

Joueurs autonomes: bons et moins bons coups

- 12 mars 2014

Comme à chaque année, l’ouverture du marché des joueurs autonomes dans la NFL a fait l’effet d’une tornade. Une pluie de millions, quelques joueurs certainement surpayés, mais aussi, de possibles très bons coups. Après le jour 1, voici quelques pensées en vrac de votre humble serviteur.

1. Les Broncos savent frapper où ça fait mal! L’an passé, ils avaient soutiré Wes Welker aux Patriots et ils récidivent en leur enlevant un autre de leurs meilleurs joueurs, le demi de coin Aqib Talib. Cerlui-ci a métamorphosé la tertiaire des Pats depuis son arrivée. Toutefois, son caractère douteux et un riche contrat de six ans pour 57 millions (28 garantis) pourraient ne pas faire bon ménage. Talib était à son meilleur dans l’environnement contrôlé des Pats, sur la base d’un fragile contrat d’un an pour se prouver. Tout de même, la tertiaire des Broncos vient de s’élever de deux GROS crans avec les ajouts de Talib et du demi de sûreté TJ Ward, des Browns. Les Broncos vont visiblement sacrifier quelques grosses munitions en attaque (Eric Decker, Knowshon Moreno), mais équilibrent leur équipe.

2. Parlant des Browns, je m’explique mal qu’ils n’aient pas déboursé pour Ward, un jeune maraudeur qui a le pif pour le ballon et qui frappe comme une bête. D’accord, Donte Whitner, des 49ers, n’est pas un deux-de-pique, mais il n’est pas aussi complet. À mon avis, Ward était moins publicisé, mais supérieur à Whitner.

3. Dans les autres décisions difficiles à comprendre, parlons des Raiders. Méconnu de plusieurs, le bloqueur Jared Valdheer était en voie de devenir l’un des meilleurs à sa position. Il est très polyvalent sur la ligne et les Cardinals réalisent un coup fumant en allant le chercher pour une ligne offensive qui en avait grandement besoin. Les Raiders le remplacent par Rodger Saffold, qui a connu de bons moments avec les Rams… lorsqu’il est en santé. Ce qui n’est pas le cas très souvent. L’équipe avait largement les fonds nécessaires pour payer Veldheer, une valeur beaucoup plus sûre.

4. Les Dolphins ont bien fait de miser dès le départ sur Branden Albert, auparavant avec les Chiefs. Leur ligne était à reconstruire après le fiasco Martin-Incognito et Albert représente à la fois une valeur sûre sur le terrain et un leader dans le vestiaire. C’est un solide point de départ pour protéger le jeune Ryan Tannehill.

5. Pour rester chez les Dolphins, l’échange de Jonathan Martin n’est pas si étonnant. Chez les 49ers, le bloqueur tourmenté par Incognito au cours des dernières saisons, retrouvera son ancien entraîneur-chef de Stanford, Jim Harbaugh. Au sein d’une organisation gagnante, il pourrait reprendre confiance rapidement. Un choix de 6e ronde, c’est un faible risque.

6. Ce fut définitivement la journée des joueurs de ligne offensive. En plus de Albert (Miami, 5 ans: 46 M$)), Veldheer (Cardinals 5 ans: 35 M$) et Saffold (Raiders 5 ans: 42,5 M$), d’autres gros bonhommes ont été récompensés, soit Zane Beadles (Jaguars, 5 ans: 30 M$), Eugene Monroe (Ravens, 5 ans: 37,5 M$), Geoff Schwartz (Giants) et Jon Asamoah (Falcons). De plus en plus, les équipes comprennent l’importance de ces colosses.

7. Parmi les gestes qui pourraient rapporter gros, mais qui sont passés sous le radar, notons l’acquisition du plaqueur défensif Linval Joseph, par les Vikings. Il est gros, puissant et très versatile dans les tranchées. Avec Mike Zimmer à la barre, ce joueur pourrait faire jaser, lui qui s’améliorait de saison en saison chez les Giants.

8. Le marché des demis de coin est lucratif. Il y a bien sûr eu Talib, mais que dire du contrat de 39 millions sur 4 ans pour Vontae Davis avec les Colts. Pour eux, c’était une nécessité. Il a bien joué avec eux depuis deux saisons et la défensive a besoin de quelques valeurs sûres. Dommage pour eux que le vétéran demi de sûreté Antoine Bethea ait filé chez les 49ers. Un solide joueur, même s’il est effacé. Il y a aussi le jeune (25 ans) Alterraun Verner qui a été acquis par les Buccaneers, ce qui signifie la sortie pour Darrelle Revis. Des rumeurs l’envoyaient chez les Browns ou les Raiders, mais c’est mort dans l’oeuf.

9. En préparation du marché, pour se plier aux exigences du cap salarial, plusieurs équipes doivent se départir de vétérans. Les Broncos l’ont fait avec le demi de coin Champ Bailey. Hier, les Bears et Cowboys les ont imités avec Julius Peppers et DeMarcus Ware. La rumeur envoie Ware à Denver. imaginez-le un instant avec Von Miller… Un duo terrifiant en perspective.

10. Plusieurs bons joueurs demeurent disponibles, dont quelques receveurs de qualité. Je ne serais pas étonné de voir Eric Decker aboutir chez les Colts. Au moment d’écrire ces lignes, il rendait visite aux Jets, mais la situation incertaine au poste de quart-arrière pourrait le freiner. Hakeem Nicks en est un autre qui devrait générer de l’intérêt.