Champ Bailey au Temple?

- 29 octobre 2014

Champ Bailey a annoncé sa retraite lundi, après des essais infructueux pour se tailler une place dans la NFL cette saison, ce qui ne signifie pas qu’on se souviendra du demi de coin comme d’un joueur fini. Oh que non!

Durant son illustre carrière, le vétéran de 36 ans a fait la pluie et le beau temps à Washington et à Denver. Au total, il aura pris part à 12 Pro Bowls et été élu sept fois joueur «All-Pro». Ses 12 sélections au match d’étoiles représentent un record pour les demis défensifs dans la NFL.

J’aime toujours discuter des grands du football et pour moi, il ne fait aucun doute que Bailey en est un. Donc je pose l’inévitable question: est-ce que Champ Bailey se retrouvera au Temple de la renommée dès sa première année d’éligibilité en 2019?

Sur le coup, lorsqu’un joueur quitte, on a tendance à pencher pour dire oui. Je suis convaincu que Bailey méritera sa place parmi les immortels assez tôt, mais dès sa première année, il faudra voir. Pas par manque de respect, mais parce que d’autres grands noms cognent toujours à la prestigieuse porte, à Canton. En 2019, des joueurs de grande qualité comme Tony Gonzalez (intronisation assurée) et Ed Reed seront du lot des nouveaux candidats.

Au chapitre des interceptions, Bailey se classe au 26e rang de tous les temps avec 52, une de moins que l’illustre Deion Sanders. Mais dans le cas des demis de coin, il faut parfois s’abstenir de ne mesurer que cette statistique. Les meilleurs parmi eux, comme ce fut le cas de Bailey pendant de nombreuses saisons, sont souvent peu défiés par les quarts-arrières, ce qui limite leurs possibilités d’interceptions.

Les Broncos ont réalisé un coup fumant en obtenant Bailey des Redskins en plus d’un choix de deuxième tour, en retour du porteur de ballon Clinton Portis, en 2004. Il leur a ensuite donné plusieurs bonnes saisons à une position qui a pris énormément de valeur depuis quelques années, tandis que Portis a été inégal et souvent blessé.

Dommage que Bailey n’ait pas percé l’alignement des Saints cette saison. Dommage aussi que ses essais subséquents avec les Ravens et Lions n’aient pas été concluants. Mais avant tout, dommage qu’il n’ait pas remporté un Super Bowl. Lorsque les portes du Temple de la renommée s’ouvriront, les plaies se refermeront.

Faits saillants de la semaine 8

- 27 octobre 2014

Voici mes faits saillants pour la semaine 8 dans la NFL. Ce mardi, je vous invite aussi à consulter mon bilan de mi-saison dans la NFL.

1. Quelle journée de travail pour Ben Roethlisberger face aux Colts! Six passes de touchés, 522 verges, 40 en 49… Mine de rien, les Steelers sont dans le coup dans la division Nord. Ça s’annonce serré jusqu’à la fin. Roethlisberger faisait déjà partie des excellents quarts-arrières du circuit, mais sa performance nous rappelle à quel point il est trop peu mentionné lorsque l’on évoque l’élite à sa position. Comment la défensive des Colts, si efficace depuis un mois, a pu se faire démolir à ce point?

2. Les Saints ne sont plus très durs à figurer. À la maison, victoire, sur la route, défaite. Ils ont remporté leurs trois matchs au Superdome cette saison et perdu leurs quatre matchs sur la route. C’était déjà le cas par le passé, mais c’est flagrant cet automne. Il a été intéressant de voir Mark Ingram à l’œuvre. Le porteur des Saints a couru pour 172 verges. Ça lui arrive trop peu souvent, entre les blessures et les matchs où il est invisible dans un champ-arrière bourré de profondeur. Le pire, c’est qu’à 3-4, les Saints sont toujours dans la course, la division Sud étant la plus faible de la ligue.

3. Les Bears semblent en totale implosion. J’écrivais dimanche dans le Journal qu’on accuse Marc Trestman de tous les maux à tort. Je suis convaincu qu’il a ses torts parce que le vestiaire est bourré de talent. Le problème toutefois demeure que Jay Cutler remporte rarement les matchs clés et que la défensive est devenue une risée. Là où les gens en veulent à Trestman, c’est que l’identité défensive des Bears a disparu.

4. Pas facile encore une fois pour les Seahawks! Sauf qu’au moment où ça comptait, malgré un match difficile, Russell Wilson a livré la marchandise en fin de match. Signe encourageant, la défensive a limité les Panthers à 266 verges. Ça ressemblait plus à la défensive des Seahawks que l’on connaît.

5. On n’a définitivement plus affaire aux bons vieux Lions. Par le passé, cette équipe se spécialisait dans l’art de perdre des matchs en échappant des avances. Voilà deux semaines de suite qu’ils surmontent des déficits (13 points et 21 points). Méritent-ils la palme du meilleur coup sur le marché des agents libres avec Golden Tate? Imaginez le potentiel de cette attaque lorsque Calvin Johnson sera en santé…

6. Mike Smith en est-il à ses derniers jours à la barre des Falcons? Les défaites s’accumulent et la gestion de l’horloge en fin de match face aux Lions a cruellement fait défaut. L’équipe a écopé de pénalités ridicules. Smith a restauré le respect pour cette franchise à son arrivée en 2008 avec Matt Ryan, mais la magie ne semble plus opérer.

7. D’accord, Geno Smith, on en a assez vu… Trois autres interceptions, au premier quart! Il avait pourtant connu un bon match face aux Patriots, mais les montagnes russes dans son cas sont de plus en plus souvent dans le creux. De leur côté, les Bills sont 5-3 et dans le coup pour une place en séries. Ce n’est pas la première fois qu’ils présentent un bon dossier en première moitié de saison. Il faudra maintenant fermer le dossier correctement. Je dois avouer que je suis très surpris des succès de Kyle Orton. Comme si je n’y crois pas encore tout à fait…

8. Certaines équipes doivent se contenter de petits bonheurs. Comme les Vikings! Pas que ce soit un exploit de vaincre les pauvres Buccaneers, mais la façon dont la victoire a été acquise est intéressante. Dans les derniers instants au temps régulier, le quart recrue Teddy Bridgewater a dirigé une superbe séquence en permettant aux siens d’égaler la marque. En prolongation, l’autre choix de première ronde, le secondeur Anthony Barr, a réussi le plaqué, forcé l’échappée, recouvert le ballon et couru jusque dans la zone des buts. Il semble qu’il y ait de l’avenir chez les Mauves!

9. Les Redskins ont employé le blitz à outrance toute la soirée lundi, une stratégie qui a fait mal aux Cowboys. Tony Romo s’est retrouvé pourchassé tout le match, victime de cinq sacs. Il a même dû retraiter au vestiaire au troisième quart, pour revenir ensuite. DeMarco Murray a eu beau devenir le huitième joueur de l’histoire à franchir la barre des 1000 verges au sol après huit matchs, ça n’a pas suffi. Un joueur à surveiller du côté des Redskins : le demi de coin Bashaud Breeland, un joueur recrue qui s’est fait connaître en étant partout sur le terrain.

10. Les Cardinals sont sérieux, très sérieux. Voilà une autre équipe qui ne perd plus à la maison, avec une fiche de 10-2 depuis la saison dernière. Les Cards ont énormément de mérite cette saison même si les coups durs s’accumulent. Dimanche, c’est le demi de coin Patrick Peterson qui est tombé au combat avec une commotion. La défensive, malgré la perte de ce joueur vedette, a très bien

Prédictions pour la semaine 8

- 25 octobre 2014

Comme à chaque samedi, je vous présente mes prédictions pour la semaine 8 dans la NFL et je vous invite à vous prononcer quant aux vôtres. Pour l’analyse des matchs, consultez l’édition de samedi du Journal. Bon week-end à tous!

SEMAINE 8

 JEUDI

HEURE            ÉQUIPES            MON CHOIX

20 h 30            San Diego à Denver                        BRONCOS

DIMANCHE

HEURES            ÉQUIPES            MES CHOIX

9 h 30            Detroit à Atlanta (Londres)            LIONS

13 h            Minnesota à Tampa Bay            VIKINGS

13 h            Buffalo à NY Jets            JETS

13 h            Chicago en Nouvelle-Angleterre            PATRIOTS

13 h            Seattle en Caroline            SEAHAWKS

13 h            Miami à Jacksonville            DOLPHINS

13 h            Baltimore à Cincinnati            BENGALS

13 h            Houston au Tennessee             TEXANS

13 h            St-Louis à Kansas City            CHIEFS

16 h 05            Philadelphie en Arizona            EAGLES

16 h 25            Indianapolis à Pittsburgh            COLTS

16 h 25            Oakland à Cleveland            BROWNS

20 h 30            Green Bay à la Nouvelle-Orléans            PACKERS

LUNDI

HEURE            ÉQUIPES            MES CHOIX

20 h 30            Washington à Dallas            COWBOYS

RÉSULTATS

PRÉDICTIONS DE LA SEMAINE DERNIÈRE            10 en 15 (66,7%)

TOTAL CETTE SAISON            65 en 106 (61,3%)

 

Les recrues en action

- 23 octobre 2014

Les Titans du Tennessee vont entreprendre leur match de dimanche face aux Texans de Houston avec Zach Mettenberger au poste de quart-arrière.

Zach qui, répondront certains? Mettenberger a été choisi en sixième ronde, au 178e rang du dernier repêchage. Il devient donc le quatrième quart-arrière recrue lancé dans la mêlée après Derek Carr (Raiders), Teddy Bridgewater (Vikings) et Blake Bortles (Jaguars). Jimmy Garoppolo (Patriots) a aussi vu un peu d’action dans une cause perdue, de même que Logan Thomas (Cardinals) lorsque les deux premiers quarts de l’équipe étaient tombés au combat.

Mettenberger était réclamé par plusieurs partisans des Titans pour de nombreuses raisons. D’une part, le partant Jake Locker est souvent blessé ou inefficace. Il a été en mesure de prendre part à seulement 27 matchs en quatre saisons, lançant 26 passes de touchés contre 19 interceptions. D’autre part, les Titans n’étaient pas bien nantis en frais de réserviste avec Charlie Whitehurst et l’équipe, avec un dossier de 2-5, n’allait nulle part. Enfin, plusieurs parlaient de Mettenberger en raison des solides performances qu’il a offertes en matchs préparatoires. La clé, ici, c’est justement qu’il s’agissait de matchs préparatoires…

Mettenberger intrigue par son physique (6 pi 5 po, 235 lb) autant que par son bras. Il était évalué favorablement avant le repêchage, mais sa valeur a drastiquement chuté en raison d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou à son dernier match avec LSU, sans compter qu’un test d’urine dilué lors du «Combine» en février a éveillé les soupçons.

Pour ma part, j’estime que les Titans posent le bon geste. Leur saison, bien que rien ne soit terminé, ne semble pas prendre une bonne tournure. L’équipe doit voir s’il a le potentiel pour transporter la franchise dans les années à venir. L’entraîneur-chef Ken Wisenhunt a eu l’expérience d’un quart-arrière au gros gabarit dans son genre lorsqu’il était coordonnateur à l’attaque des Steelers, avec Ben Roethlisberger. Maintenant, Wisenhunt devra éviter de valser avec ses quarts-arrières toute la saison, comme il l’avait fait à sa dernière saison à la barre des Cardinals, à la moindre contre-performance. Sauf que dans le cas de Whitehurst, il était évident, à la défense du coach, qu’il le conduirait au néant!

Il est étonnant que Mettenberger obtienne une chance avant Johnny Manziel (Browns). Mais Brian Hoyer a fait du bon boulot, sauf la semaine dernière, à Cleveland. Il mérite amplement de jouer. Il serait aberrant qu’on le retire de l’action en raison d’une ou deux mauvaises parties, après les fiers services qu’il a rendus en début de parcours.

Que pensez-vous de la décision des Titans? Et dans l’ensemble, voyez-vous positivement le fait que de plus en plus de quarts-arrières soient lancés dans la mêlée dès leur année recrue?

Faits saillants de la semaine 7

- 21 octobre 2014

Comme à chaque semaine, voici mes faits saillants après un autre week-end imprévisible. Je vous invite comme toujours à me livrer vos impressions.

1. Peyton Manning est le recordman de tous les temps avec 510 passes de touchés, après une performance ridicule face aux 49ers. Comment appréciez-vous cet exploit? Les détracteurs de Manning lui reprocheront toujours le fait d’avoir perdu deux Super Bowl en trois présences. Pour ma part, je ne me suis jamais caché pour dire qu’à mes yeux Manning est un grand, en dépit  de sa seule bague du Super Bowl. C’est déjà une de plus qu’un grand nombre de joueurs exceptionnels qui ont défilé dans cette ligue.

2. Les Seahawks sont-ils en déroute? D’accord, les Rams les ont battus sur les unités spéciales avant tout, mais peu importe. Les Seahawks ne ressemblent en rien aux Seahawks de l’an dernier. Ils accordent une moyenne de 25 points par match, ce qui s’avérait inimaginable avant la saison. Le retour imminent de quelques membres de la tertiaire, dont Byron Maxwell, suffira-t-il pour redresser le navire?

3. Ce serait grossier de ne pas souligner le superbe design du retour de dégagement des Rams face aux Seahawks. Quel fantastique leurre! Tandis que tous se dirigeaient vers Tavon Austin, qui faisait exactement comme si le ballon s’en venait vers lui, Stedman Bailey s’est retrouvé presque fin seul à l’autre bout du terrain. Un éclair de génie.

4. Personne ne semble vouloir se démarquer dans la division Sud de la NFC. Le seul club qui n’a pas eu l’air fou dimanche, c’est Tampa Bay, qui profitait d’un congé! Les Saints ont disputé 55 solides minutes pour une rare fois sur la route avant de s’écrouler dans les derniers instants à Detroit. Quelle interception affreuse de Drew Brees, qui se retrouve constamment sous pression! Les Falcons se sont fait exploser pour une 11e fois à leurs 12 derniers matchs sur la route. Les Panthers ont accordé plus de 37 points pour une quatrième fois cette saison. Le pire, c’est qu’avec une fiche de 2-4, les Saints sont plus vivants que jamais!

5. À mes yeux, l’équipe à battre en ce moment, c’est Indianapolis. La défensive est soudainement devenue l’une des meilleures du circuit. Andrew Luck maintient un haut niveau de jeu. Les deux défaites semblent bien loin. Les Colts viennent d’anéantir les Bengals, qui semblent en chute libre, comme s’il s’agissait des Lions de 2008.

6. Les Browns… Franchement, les Browns… Vraiment?

7. L’ère Kirk Cousins est définitivement terminée à Washington. Jay Gruden a perdu patience devant l’ineptie perpétuelle de l’attaque, et ce face aux Titans. Il a confié le ballon à Colt McCoy, en deuxième demie. L’ancien des Browns a bien répondu, notamment en dirigeant la poussée victorieuse des Redskins dans les derniers instants. Robert Griffin III pourrait recommencer à s’entraîner cette semaine et il est déjà assuré qu’il retrouvera son poste dès qu’il sera prêt. Sinon, en attendant, c’est maintenant l’équipe de McCoy et non Cousins. Quelle débarque! Il sera intéressant de voir comment Griffin performera sans le spectre Cousins au-dessus de son épaule, la menace n’étant plus.

8. Les Chargers avaient-ils déjà la tête aux Broncos? C’est malheureusement le genre de contre-performance auxquels ils ont habitué leurs partisans au fil des ans, quand tout semble aller trop rondement. Les Chiefs ont joué un bon match et à 3-3, ils n’ont pas lancé la serviette dans la division Ouest de l’AFC. Dommage pour les Chiefs qu’il n’y ait pas un bye à toutes les deux semaines. Andy Reid montre un reluisant dossier de 14-2 en carrière après un congé!

9. Les Bears sont-ils en pleine implosion? Plusieurs informations ont circulé à la suite de leur troisième revers à la maison, à l’effet que des conflits aient explosé dans le vestiaire. Bien sûr, aucun vestiaire n’est à l’abri d’une bonne vieille chicane à l’abri des regards indiscrets, mais lorsque ça se produit sous les yeux des représentants des médias, ce n’est pas bon signe. Le receveur Brandon Marshall a vanté bien des coéquipiers, mais pas Jay Cutler…

10. DeMarco Murray continue de rouler à fond de train. Certains s’inquiètent du fait qu’il porte le ballon une moyenne astronomique de 26,7 fois par match. Je suis d’accord qu’à long terme, il est possible que la fatigue se fasse sentir, mais mettez-vous à la place des Cowboys? Pourquoi freiner le train?