Grève des étudiants

- 20 février 2012

etudiants-greve

Abonnez-vous à cet article

33 commentaires

  1. Lucky Luc dit :

    Loll, en plein dans la target

  2. MYRIAM RIVARD dit :

    LA VÉRITÉ

    C’est quand même un peu cela. veut, veux pas. Pis les indiens, pis les garderies, pis les fonctionnaires, pis le soin aux personnes agées, pis les urgences, pis les médecins. pis, pis.

    Que fait-on? Comme je n’ai pas de di^plôme universitaire, je leur demande leur avis, eux qui sont si intlligents que cela. Et pas de réponse:  » Dans votre temps, c’était presque gratuit l’université… »

    La tarte, on la partage comment? Donc, si je comprends bien, ce ne sont pas des universitaires qui vont m’aider à comprendre mais les pâtissiers.  » Une tarte »

  3. sososo dit :

    En tout cas à écouter partout les témoignages des étudiants, des parents et même du syndiquat des profs qui appuient la grève….c’est pas bon signe pour le PQ et sa souverainté, parceque le Québec est pauvre pas à peu près à entendre tout ces témoignages….alors faire un pays avec ça, ouch!

    En passant j’aurrai une suggestion à faire à tout les partis politique…puisque la réthorique des étudiants est de demander à la population d’investire en eux pour que plus tard ils participent à l’éffort collective à leur tour, les étudiants demandent que la population paient pour eux aujourd’hui pour leur études….donc j’imagine qu’ils vont être favorable à ce qu’eux à leur tour quand ils seront sur le marcher du travail paient pour les futurs étudiant.

    Donc c’est simple, on cancel les hausses….sauf qu’à partir d’aujourd’hui il faut faire une petite réforme du régime fiscale. Tout les étudiants post secondaire à partir de maintenant vont tomber dans une nouvelle fourchette fiscale MAJORER lorsqu’ils vont être sur le marché du travail. C’est répondre exactement à leur demande n’es-ce pas?

  4. Gaston Langlais dit :

    Bonjour,

    Pauvres petits malheureux ces étudiants. Notre Dame du Perpétuel Secours, ayez pitié d’eux. Rentrez dans vos locaux de cours pour avoir l’air un peu plus sérieux.

    Gaston Langlais – Gaspé.

  5. Marie L. dit :

    Vous avez très bien saisit la démocratie étudiante. Ça n’a pas changé depuis l’avènement des CEGEPS et des universités du Québec il y a 40 ans. Par contre, je suis surprise que le cours « Parfait petit grèviste 101″ ne soit pas encore obligatoire dans les départements de sciences sociales. On pourrait recycler nos syndicalistes dinosauriens Larose et Charbonneau en professeurs pour donner le cours. À mettre dans le programme du PQ?

  6. Georges Allaire dit :

    Dès 1972, (vous vous en souvenez?) les enseignants, les étudiants et le personnel de soutien des institutions scolaires défaisaient d’année en année les études d »aujourd’hui en faveur d’un meilleur lendemain. Déjà. à cette époque, les grands penseurs préféraient être des petits faiseurs, car demain s’occuperait d’eux. Et les faiseurs du jour en avaient mare qu’on défasse leurs lendemains.

  7. D. Sarrazin dit :

    Non mais ! Je n’ai jamais entendu parler d’une grève d’étudiants pours la hausse des prix de billets de spectacles, de gadgets électroniques, de voitures, etc. Je comprends qu’il soit important d’avoir accès à l’éducation mais je ne trouve pas que la hausse des coûts dont il est question porte préjudice à la possibilité de s’instruire. Ces jeunes gens blâment souvent les « baby boomers » comme si tous d’étaient enrichis à leurs dépends. Je puis vous affirmer que j’ai moi-même donné plus d’argent à nos gouvernements que j’en ai reçu d’eux. Des avantages financiers et de la gratuité comme il en existe aujourd’hui, croyez-moi, il n’y en avait pas autant ! Maintenant rendue à ma pension de vieillesse, il faudrait que je leur la cède, que je vive dans la pauvreté pour les satisfaire et leur permettre d’avoir une vie de jeunesse sans trop d’efforts en plus de leur assurer les fonds nécessaires pour leurs pensions. Qu’ils apprennent donc à vivre selon leur moyen !
    Une mère qui a trop gâté ses enfants !

  8. Lorraine I dit :

    Et pourquoi ne pas ANNULLER la session complètement SANS aucune chance de rattrapage plus tard ?

    Ainsi, selon la durée de cette « grève des étudiants » ceux-ci perdront une, deux, trois + sessions et ils auront éventuellement à reprendre leur année (une année d’étude perdue).

    C’est au Qc que ça coûte moins cher pour étudier et ILS (étudiants) trouvent le moyen de chiâler en plus ???

    Qu’ils coupent sur leur majuana et/ou crack etc., sur l’achat des dernières modes technologiques et autres, sur le bouteille de vin et/ou de bière, sur les vacances à l’extérieur du pays durant les vacances, sur les repas aux restaurants etc.etc.

    ILS peuvent également faire comme NOUS ie.: travailler à plein temps et suivre des cours de soirs, qu’ils paieront de leurs poches, pour l’obtention d’un diplôme universitaire.

    Dire que ces jeunes imbéciles veulent faire du Qc un pays ???!!! Wow!

  9. Pierre Bertrand dit :

    Comme le syndicat des profs est trés généreux avec l’argent des con-tribuables, pour donner l’exemple a la population des con-tribuables. On pourrait couper 10% des salaires des profs et le donner aux étufiants..

  10. domi00 dit :

    Une image vaut mille mots
    Bravo Ygreck

  11. Serge B. dit :

    Est-ce que pour les étudiants en science de l’UQAM, faire la grève peut être crédité comme un stage en entreprise?

  12. Serge B. dit :

    Oups… vous aurez comprit que je voulais écrire « science PO »…

  13. GFP dit :

    Je lis beaucoup de préjugé partiellement véridique et je pense que peu ont véritablement conscience de la situation.
    Avec la hausse des frais de scolarité, le coût de chaque session universitaire devrait monter jusqu’à un peu plus de 3 000 $ ce qui donne 6 000 $ par année à ce montant il faut ajouter de 500 à 1 000$ en livre scolaire obligatoire. En supplément il faut rajouter 3 000$ pour le loyer et 4 000$ (10$ / jour) pour se nourir. En travaillant au salaire minimum un étudiant devra travailler 1 750 heures (plus de 30h / semaine en moyenne) afin de balancer le 14 000$ / ans (excluant l’achat de biens, même les essentiels comme les vêtements) .
    Pour ceux qui affirme que l’éducation est moins cher au québec, je dois dire qu’en Europe elle est encore moins coûteuse.
    Un étudiant universitaire qui n’a jamais demander de prèts et bourses et qui a choisit un programme avec stages rémunérés.

  14. Joe Pelletier dit :

    C’est la nouvelle lutte des classes…
    Avant, c’était Ouvriers VS Riches industriels.
    Maintenant ce sont les paresseux Vs les travaillants…
    C’est pas très dur vous savez, des études en sociologie, en science politique, en philo, en histoire,en loisir, en géo et en science sociale… pas mal moins dur que le secondaire 4… Ce qui est le plus dur, ce sont les lendemains de veilles…

  15. Joe Pelletier dit :

    @GFP

    Si tu travailles en moyenne 15hr/semaine (Ce qui représente une fin de semaine, et faut pas oublier que l’année Universitaire est environ 6 mois) tu peux quand même très bien y arriver sans trop s’endetter… Le reste, tu le rembourses plus tard… C’est correct de ne pas demander de prêt et bourse pour t’aider à payer tes études…mais ce n’est pas une bonne décision… Va tu attendre d’avoir 350 000$ cash pour t’acheter une maison pour ne pas avoir à emprunter????

  16. Georges Allaire dit :

    Autrement dit, les inutiles contre les utiles. Il faut rentabiliser l’inutilité si on veut pouvoir réclamer auprès des utiles un revenu d’avenir pour l’inutilité. Dressage 101.

  17. Lorraine I dit :

    GFP…30 h / semaine en moyenne = nous on l’a fait et on n’en est pas mort et en plus, c’est NOUS MEMES qui avons payé de nos poches nos cours.. La société payait pas pour nous et pour ce qui est des « prêts études » …

    Expliquez-nous « en détail » vos chiffres parce qu’il me semble que vous vous payez pas mal de luxe. 10$/jour de nourriture ??? Le pain coûte cher par chez vous ?!… Coupé dans votre « latte » 3 fois par jour ça vous permettra d’épargner. Faites votre épicerie au début de la semaine plutôt que la fin de semaine ainsi, vous épargnerez encore; faites vos repas plutôt que de manger au cafétéria et/ou au restaurant.

    Des bouquins usagés ça vous dit rien ?

    Dans les vêtements, vous n’êtes pas obligé de vous acheter des vêtements à tous les jours tout de même; vous n’êtes pas non plus obligé d’acheter la toute dernière mode ..

    S.V.P. cessez de NOUS prendre pour des imbéciles. Une chose que VOUS (étudiants) pourriez faire serait D’EXIGER réduction de salaire et de conditions de travail chez les profs et les administrateurs ???

    Car ne nous leurrons pas, tout comme dans le domaine de la santé, ce n’est pas AUTANT une question d’argent mais bien plus une question DE MAUVAISE GESTION qui fini toujours par des augmentations constantes des taxes, des impôts des contribuables pour satisfaire LES CAPRICES de tous et chacun qui se croient EN DROIT DE RECEVOIR.

    Et çà, on en a PLEIN NOTRE CUL!

    Vous voulez devenir médecin, ingénieur ou autre, allez vérifier ce qui en coûte en Ontario ou ailleurs au Canada pour les mêmes programmes. Cessez de toujours « comparer » avec l’Europe c’est pas l’Europe ici les conditions ne sont pas les mêmes et la population d’ici n’est certes pas prête à faire les sacrifices que les Européens FONT pour ce qu’ils ont et la preuve en est vous même.

    A moins que vous soyiez prêt à débourser 75% + en réduction d’impôts sur vos salaires dans l’avenir pour tous les programmes sociaux de demain alors… Mais, permettez-moi d’en douter très, très, très sérieusement! ;0)

  18. Nicole dit :

    Qu’ils se passent d’un gadget électronique dont ils n’ont pas réellement besoin et d’une couple d’accessoires à la dernière mode, peut-être d’une couple de joint et ils auront les moyens de payer cette hausse.

  19. paul legout dit :

    Le Conseil du patronat serait-il aveugle ou hypocrite? Bien avant la météo et les caprices des travailleurs, la pire entrave imposée à la productivité c’est la relation TRAVAIL -FAMILLE. Relisez « Le meilleur des mondes » de Huxley. Lui, il l’avait réglée la question des garderies. ( – :

    Ce qui suit est extrait d’un commentaire précédent: « Un étudiant universitaire qui n’a jamais demander de prèts et bourses et qui a choisit un programme avec stages rémunérés. (sic) Il est « sciences » ou « humanités » selon vous?

  20. Serge Gagnon dit :

    Une caricature qui supposément démontrerait la polarité dans les positions et arguments des étudiants universitaires.

    Du côté des sciences sociales et philosophie, on voit des étudiants très mal mis, malpropres, estampillé avec l’image du gréviste syndicaliste péjorative et, surtout, sans argument aucun comme s’il n’était que des pantins « suiveux ».

    De l’autre côté, le département des sciences appliquées, médecines/admin/génie. Tous propre, un teint en santé, le sac au dos bien remplis (car eux, seulement eux, travail et ne sont pas des paresseux) l’air accusateur… Eux seuls ont un argument : Qui paiera pour les programmes sociaux des autres étudiants ?

    Le bel ingénieur, la laborieuse cadre gestionnaire et le très déférent médecin et la Fourmi de Lafontaine, ces respectables personnages peuvent se permettre de critiquer, car eux ils gagnent beaucoup d’argent. Ils travaillent dans des grosses boîtes qui brassent beaucoup d’argent (subventionné par le gouvernement ou non) et, quand un problème survient, il est rapidement recouvert d’argent. Car on le sait bien, les programmes sociaux, eux, ils n’en ont que faire puisqu’ils sont fabriqués seulement pour les étudiants en sciences sociales comme il est dit dans la caricature.

    C’est vrai qu’une société, ça ne fonctionne qu’avec de l’argent. Mon boss fait de l’argent et, puisque la société est remplie de business et que j’ai peur de manquer d’argent, ça doit marcher comme ça. Faut que l’État fasse de l’argent, c’est CAPITAL. L’État, c’est une business. C’est comme ça qu’on devrait tout analyser aussi. Parce qu’avec de l’argent, tout va mieux. Pas besoin de programmes sociaux dans notre société. On a qu’à sortir l’argent, pi tout va aller mieux après. Puisque les programmes sociaux ne génèrent pas de plus-value, aux oubliettes ainsi que tout argumentaire venant de ceux qui les soutiennent (envers et contre tous / pour tous).

    Voilà l’argument qu’on serait supposé bouffer après avoir regardé cette image quelques secondes.

    Finalement, je vois là une prise de position assez tranchée qui, je ne pense pas, reflète celle de l’ensemble des étudiants.

    On peut voir aussi l’envers de la médaille s.v.p ?

  21. Jocelyn Boily dit :

    Québec, le 20 février 2012

    Non à la hausse des droits de scolarité

    La hausse des droits de scolarité du gouvernement Charest est mal planifiée et injustifiable car toutes les études sérieuses démontrent que les hausses des droits de scolarité réduisent l’accès aux études universitaires et augmentent l’endettement des étudiants et de leurs familles.

    Hausser les frais, c’est adopter un modèle qui n’est pas le modèle Québécois et revenir à une époque où nous n’étions pas maîtres de notre destinée collective. C’est plutôt calquer un modèle canadien, américain où ce ne sont pas les meilleurs qui obtiennent un diplôme, mais les plus fortunés.

    Le gouvernement devrait augmenter ses subventions aux universités selon un barème par niveau et par domaine de formation et laisser ensuite les universités individuelles déterminer les droits de scolarité de leurs différents programmes. Par contre offrir un programme de prêt et bourses assortis de contrats de remboursements modulés selon les revenus ce qui permettrait l’accès aux études des moins fortunés.

    Jocelyn Boily

  22. Bravo au caricaturiste, un des meilleurs au Québec pour polariser les situations. Cette fois, il manque …un petit quelque chose….Bon on a sur la caricature ceux de science politique, philosophie et sociologie qui souhaitent étudier pour aider l’Humanité à mieux se comprendre et vivre mieux ensemble. On a ceux du génie, l’administration et la médecine, qui souhaitent faire carrière en donnant au Québécois une expertise….qui depuis longtemps maintenant baigne dans la corruption, collusion et évasion fiscales. Mais c’est jeunes veulent probablement changer tout cela. Il manque toujours quelque chose à ce dessin. Voilà…dans le milieu il aurait fallu mettre les jeunes qui font du « couch surfing » comme en Beauce …ben là s’pa leur faute y’a-vait pas pensé avant de l’faire.. Lol çé tellement « Out » « Cool » « plus+plus ». Ont les trouvera une bière à la main dans dans des jobs le moins biens payés, attendant le samedi soir pour faire le party et faire des marques de « tire » sur l’asphalte à l’entrée de tous les villages de Bellachasse et de Beauce. Ah j’oubliais dans le dessin, il faudrait…et je sais que c’est difficile, montrer qu’ils paieront toute leur vie le salaire, du Génie de l’administration et de la médecine que les jeunes devenus vieux transféreront à l’État. Ils paieront aussi pour le BS ou le chômage des politicaux-sociaux-philo qui ne trouveront pas d’ouvrage dans leur domaine. Car voyez-vous…la société vue par les nouveaux leaders qui se vante de ne pas lire de livre, de n’avoir pas besoin de la science. Ils se contentent de faire payer la partie de la classe moyenne basse, celle qui doit payer l’import sur son salaire sans échappatoire fiscal. Monsieur le dessinateur j’imagine qu’avec votre grand talent vous pourrez bientôt nous illustrer ça aussi!

    JosPublic

  23. Nicole dit :

    Ce que je trouve très étrange c’est que la hausse des billets de spectacle et de hochey etc., ça les étudiants ne s’en plaignent jamais et trouvent quand même moyen de se les procurer.

  24. Angelol dit :

    Lorraine, n’essayez pas de faire comprendre une juste mesure à ces étudiants, la privation et le désir de quelques choses ils n’en sont même pas conscient, c’est le présent,,, les enfants rois sont sur la scellette, pis ils ont tout eu comparé à nous, alors ils braillent, font le bacon, s’époumomment …. mais le gouvernemaman,,, ( mes petits bébés lala) j’espère qu’il va tenir son bout parcque nous on en a assez de vos petites crisettes d’enfants immatures..

  25. victoire dit :

    Je trouve très tordue DUBOIS qui dit on paie pas pr l’école on va payer de l’impot quand ns serons
    sur le marché du travaille. Aie ti-cul , d’abord c’est pas garantie que tu travailleras au QC et tout
    le monde paie de l’impot meme celui qui n’a pas fini son secondaire.

    Trouves toi un remplacant on ta assez vu la face., té partout ,on en peux pu . vas à l’école.

  26. Kevin dit :

    C’est bien vrai.

    Les Sciences politiques, les sciences humaines, la philosophie, l’art, c’est tellement moins important que l’économie, la médecine et le droit.

    Notre monde serait bien meilleur sans ce genre d’étudiant.

    C’est tellement inutile d’avoir des gens dans notre société qui travaille à améliorer notre qualité de vie, c’est tellement inopportun d’avoir des personnes qui conçoivent des projets communautaires et sociétal visant le mieux vivre. Ça sert tellement à rien d’avoir des gens éduqués qui élabore, conçoivent, critique et améliore nos lois, nos coutumes et notre démocratie.

    C’est tellement vrai que ce sont des médecins et des notables qui ont rédigé la déclaration des droits de la personne. C’est tellement vrai que se sont des financiers et des économistes qui ont travailler à améliorer le sort des femmes.

    Un travailleur social, c’est beaucoup moins important qu’un médecin. Un politologue tellement moins pertinent qu’un économiste.

    C’est une évidence qu’un scientifique qui cherche à comprendre pourquoi tel genre de particule peut traverser l’acier et l’autre non est beaucoup plus utile à la société qu’un philosophe qui se penche de l’utilisation de la violence dans les manifestations.

    Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Voltaire, Victor Hugo, Georges Orwell, Nietzsche, tous des gens qui ont été inutile à leur société et à la notre. Michel Tremblay, Pol Pelletier, Yvon Deschamps, Alain Vignault, Dédé Fortin ce sont tous des deux de pique. Il n’ont pas fait avancer le Québec et conscientiser son peuple sur de grands enjeux.

    Ils sont tous moins importants que le banquier de la caisse populaire de St-Lin, du professeur d’économie au Cégep de Valleyfield, du médecin de Rouyn-Noranda, de l’avocat qui protège les Hells Angels.

    Je suis heureux de voir que nous vivons dans une société qui laisse peu de place au préjugé et qui classifie l’importance des professions sur la base de son ignorance. Et les foutus artistes et les philosophes, ils sont tu énervants! Ils essaient de nous faire croire qu’il n’existe pas de sot métier, que ça prend de tout pour avoir une société fonctionnelle, qu’un éboueur est une tache de la société comparé au dentiste (parce qu’on produit tellement peu de déchets et que l’on se brosse jamais les dents!).

    Toutefois, les commentaires précédents me rassurent. Peu de personne croit ses balivernes d’artistes et sont capable de déterminer intellectuellement, avec des arguments puissants, quel métier est le plus important pour notre société.

  27. Gilles Laplante dit :

    C’est vrai que les partisans des grèves sont généralement inscrits dans les facultés de sciences molles. Ceux qui ont un plan de carrières autres que de devenir les prochains dirigeants de la CSN ou de la FTQ sont généralement contre et veulent étudier.

    @Serge Gagnon
    « Voilà l’argument qu’on serait supposé bouffer après avoir regardé cette image quelques secondes. »
    Je connais un bon opticien si vous voulez. Je pense que vous en avez besoin.

  28. sososo dit :

    Y’a une solution toute simple….

    les étudiants se disent trop pauvre pour payer et les profs se disent trop riche pour avoir une hausse de 20% de salaire!

    Les étudiants compte sur le lien(et ils le disent clairement) qu’ils ont la solidariter  »syndiquale » des profs, que la convention collective des profs font qu’il sera impossible de reprendre les cours cet été…..toute les vacances des profs obligeant!

    C’est simple, amalgame…..prof trop riche, étudiant trop pauvre, faite le calcul….on coupe le salaire des profs et on paye l’augmentation des étudiants…..n’oublions pas SOLIDARITER oblige!!!

  29. Serge Gagnon dit :

    @Gilles Laplante
    C’est parce les gens en sciences sociales, philo ou psycho sont justement au fait des problèmes sociaux de par leur formation.

    Les autres pensent donc qu’ils ne font que ralentir leur formation que papa, leur idole gestionnaire/médecin/ingénieur, leur paye.
    En fait, ils n’ont aucun argument en ce qui concerne la question dans son ensemble, soit au niveau de la société, et devrait continuer de faire comme d’habitude : être des « suiveux » et de se poigner le je-me-moi !

    Pour l’opticien, éclairez-moi, je vous prie.

  30. Olivier H.-Beaulieu dit :

    Un petit clic rapide sur l’ »à propos » de notre cher ami Ygreck m’indique qu’il a complété des études collégiales en arts plastiques. Tant qu’à faire dans le cliché grossier et réducteur, on les situe de quel côté les artisssss ?

  31. Julie dit :

    Étudiante à la maîtrise en psychoéducation (sciences sociales) qui répare les enfants que vous brisez.

    Vous trouvez que mon métier ne vaut pas cher, pourtant quand vous ne savez plus quoi faire avec vos enfants c’est à MOI que vous demandez de l’aide! Lorsque vous dites: les enfants sont trop gâtés et bien moi je réponds: ils sont à votre image, tel que vous les avez élevés.

    Encore une fois, vous cherchez des coupables au lieu d’accepter que la génération présente est à l’image que vous l’avez créer. Des parents séparés qui n’inculquent plus de valeurs à leurs enfants, mais se plaignent que ceux-ci n’en ont pas. Donnons-leur des cadeaux pour leur faire oublier qu’on est de mauvais parents. Ensuite, plaignons-nous qu’ils en veulent encore rendu adulte. Et bien moi, je m’occupe des enfants qui sont brisés dans leur tête par des parents égoïstes qui ne pensent qu’à leur nombril. Mais c’est vrai, mon métier ne vaut pas la peine qu’on investisse dedans comme un médecin puisque le mal-être ça ne se voit pas nécessairement alors on doute qu’il existe! Ce n’est pas comme un bras cassé ou un cancer.

    Vous nous dites: arrêtez de chialer et aller travailler. Et bien sachez que beaucoup travaillent fort et n’arrive pas quand même. Pour MON cas, j’ai 2 emplois sur appel l’été donc ce n’est pas rare que je travaille 70 heures par semaine (mais ça peut aussi être 15h par semaine, c’est des emplois sur appel!) et durant les sessions j’en travaille 15h. Qu’arrive-t-il? Les prêts et bourses me coupent, car ils disent que je gagne trop. Je travaille parce que les prêts et bourses ne suffisent pas et ils me coupent parce que je travaille. La logique est inexistante pour eux et lorsque je leur demande comment je dois me nourrir on me répond d’aller à la soupe populaire.

    Vous chialez que les enfants restent longtemps chez leurs parents, et bien pas le choix vu le prix pour étudier (appartement, nourriture, livres, transport, loisir (ben oui, on me dit que je dois bouger pour être en santé et pas coûter cher

    On ne coûte rien à former en sciences sociales, seul un professeur suffit. Les médecins et les ingénieurs coûtent cher eux avec tout le matériel dont ils ont besoin (ex: laboratoires), mais lorsque je paie mes frais de scolarité, la majorité ne va pas à moi, mais plutôt à eux. Pendant ce temps, les recteurs des universités s’augmentent de salaire (Recteur de l’université Laval, augmentation de 100 000$ cette année) en nous disant: Vous devez vous serrer la ceinture, on n’arrive plus à vous enseigner!

    Le gouvernement, dans son budget disait: on va couper dans nos dépenses et vous devrez faire des efforts, résultat: ils ont augmenter leurs dépenses et on doit payer plus parce qu’ils sont incapables de gérer le budget comme il se doit!

    Avant de juger les étudiants, regarder les deux côtés, pas seulement ce que les médias en rapportent. Jetez-moi la pierre, mais lorsque vous serez dépassé, un psychoéducateur vous sera…

  32. zhaan dit :

    Non faites vous en pas , eux ils vount avoir leur retraite a 90 ans !
    C’est normal qu’ils n’aient pas encore tant contribué a la société, ils sont au début de leur vie. Faites vous en pas, ils vont payer eux aussi plus tard. Il faut savoir quelle genre de société nous voulons, on ressemble de plus en plus au États-Unis. Si c’est ce que la majorité veux et bien c’est ce qu’elle aura!

  33. hanntonn dit :

    Si le gouvernement arretait de financer les etudes, les Universites n’auraient pas le choix de diminuer leur tarif reel, alors qu’en ce moment, vu que c’est le gouvernement qui finance la majorite des couts, les Universites se permettent d’augmenter les couts et le gouvernement ne fait que mettre la balance sur la dette provinciale… Quelle belle methode pour s’endetter jusqu’au cou. Nous sommes l’un des Etats les plus endettes au monde… ce qu’il nous faut, c’est une revolution et un refus total de rembourser la dette de la province ainsi que celle du pays qui est constitue en majorite des interets composes que l’on a deja payes maintes fois. Nous devons nous constituer une monnaie controlee par le peuple puisque la monnaie est le principal agent de la souverainete et nous sommes suppose etre dans une democratie (pouvoir du peuple pour le peuple). Si le peuple ne reprend pas le controle de l’emission monetaire, nous allons finir dans un Etat policier qui sera du a la pauvrete grandissante.

Laisser un commentaire

 caractères disponibles